Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter

Derniers Articles

Découverte d’un nouveau mécanisme pouvant mener à la cécité

Suivant >>

Une percée scientifique importante menée par l’équipe de Michel Cayouette, Ph. D., est publiée aujourd’hui dans la revue scientifique The Journal of Neuroscience. Le professeur Cayouette est affilié avec l'IRCM et l'Université de Montréal. Les chercheurs ont découvert qu'une protéine située dans la rétine joue un rôle essentiel dans le fonctionnement et la survie des cellules sensibles à la lumière qui sont requises pour la vue. Ces résultats pourraient avoir un impact considérable sur notre compréhension des maladies dégénératives de la rétine qui causent la cécité.

Les scientifiques ont étudié le processus de compartimentation qui est responsable de la création et du maintien des différents compartiments à l'intérieur d'une cellule, lesquels contiennent à leur tour un ensemble spécifique de protéines. Ce processus est nécessaire pour que les neurones (cellules nerveuses) fonctionnent correctement.

« Les compartiments d'une cellule peuvent être comparés aux différentes pièces d'une voiture. De la même manière que l'essence doit être dans le réservoir de carburant afin d'alimenter le moteur de la voiture, les protéines doivent être dans un compartiment précis pour bien exercer leurs fonctions » a expliqué Vasanth Ramamurthy, Ph. D., premier auteur de l'étude.

Un bon exemple de compartimentation est observé dans les photorécepteurs, un type de neurone spécialisé de la rétine qui permet de détecter la lumière et qui est composé de compartiments qui contiennent des protéines spécifiques essentielles à la vue.

« Nous cherchions à comprendre comment la compartimentation est effectuée dans les photorécepteurs. Nos travaux ont permis d'identifier un nouveau mécanisme qui explique ce processus. Plus précisément, nous avons trouvé qu'une protéine nommée Numb fonctionne comme un agent de circulation afin de diriger les protéines vers les compartiments appropriés » a dit le Dr Cayouette, directeur de l'unité de recherche en neurobiologie cellulaire à l'IRCM.

« Nous avons démontré qu'en l'absence de la protéine Numb, les photorécepteurs sont incapables de diriger une molécule essentielle à la vision vers le bon compartiment, ce qui entraîne la dégénération et la mort des cellules. Ceci est important car on sait que la mort des cellules photoréceptrices cause des maladies dégénératives de la rétine chez l'humain qui mènent à la cécité. Nos travaux offrent un nouveau morceau du casse-tête pour mieux comprendre comment et pourquoi meurent ces cellules » a ajouté le Dr Ramamurthy, qui a réalisé le projet sous la supervision du Dr Cayouette et en collaboration avec Christine Jolicoeur, assistante de recherche.

« Nous croyons que nos résultats pourraient éventuellement avoir un impact important sur le développement de traitements contre les maladies dégénératives de la rétine, comme la rétinite pigmentaire et l'amaurose congénitale de Leber, en fournissant de nouvelles cibles thérapeutiques pour prévenir la dégénérescence des photorécepteurs » a conclu le Dr Cayouette.

Selon la fondation canadienne qui lutte contre la cécité (Foundation Fighting Blindness Canada), des millions de personnes en Amérique du Nord vivent avec divers degrés de perte de vue irréversible puisqu'ils ont un trouble de la vue dégénératif et incurable affectant la rétine. La recherche visant à mieux comprendre les causes de la cécité pourrait mener à rendre la vue à ces personnes.

À propos du projet de recherche

Ce projet de recherche a été subventionné par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Foundation Fighting Blindness Canada et le Fonds de recherche du Québec - Santé. Le projet a été mené à l'IRCM par Vasanth Ramamurthy, Christine Jolicoeur, Demetra Koutroumbas et Michel Cayouette, en collaboration avec des chercheurs aux États-Unis et en Allemagne. Pour plus d'information, veuillez consulter le sommaire de l'article publié en ligne par The Journal of Neuroscience.

À propos de Michel Cayouette

Michel Cayouette est docteur en neurobiologie de l'Université Laval. Il est professeur agrégé de recherche IRCM et directeur de l'unité de recherche en neurobiologie cellulaire. Le Dr Cayouette est professeur-chercheur agrégé au Département de médecine de l'Université de Montréal. Il est aussi professeur associé au Département de médecine (Division de médecine expérimentale) et au Département d'anatomie et de biologie cellulaire de l'Université McGill. Il est président du conseil consultatif scientifique de la Foundation Fighting Blindness Canada, ainsi que membre du Réseau Vision (Fonds de recherche du Québec – Santé) et du Centre d'excellence en neurosciences de l'Université de Montréal (CENUM). Le Dr Cayouette est chercheur-boursier senior du Fonds de recherche de Québec – Santé (FRQS).

À propos de l'IRCM

L'IRCM est un institut de recherche biomédicale de grande réputation situé en plein cœur du milieu universitaire montréalais. Fondé en 1967, il regroupe aujourd'hui 35 équipes de recherche et quatre cliniques spécialisées en cholestérol, hypertension, fibrose kystique et diabète et obésité. L'IRCM est affilié à l'Université de Montréal. Il entretient aussi des relations étroites avec l'Université McGill. Sa clinique est affiliée au CHUM. L'IRCM reçoit l'appui du ministère de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations du Québec.

Thématiques
A ne pas manquer