signaler ce commentaire
par Franck de Lyon

Après tout, pourquoi pas essayer ? Si ça ne marche pas on pourrait passer à autre chose. A Berne, en Suisse, le taux de réhabilitation des drogués ayant commencé un traitement par substitution est de plus de 60%. Ils rencontrent dans ces centres des psychologue, des médecins, des volontaires, des anciens drogués, souvent des gens qui ne les jugent pas et qui arrivent à les convaincre.