signaler ce commentaire
par trape

C’est déjà un peu le cas, car tout ce qui est "trop révolutionnaire" conceptuellement est balayé du champs de la recherche institutionnelle ; et l’institution met toujours en avant, pour rejeter des hypothèses, l’absence d’études. Par ailleurs, celui qui veut faire carrière, devra justifier de publications de recherches dans des directions "nobles", pour espérer atteindre des sommets et la reconnaissance. C’est le serpent qui se mord la queue et qui laisse la porte ouverte aux charlatanismes divers, qui vont brandir la carte de "ce le pouvoir cache", la théorie du complot, etc Ce nouveau texte ne changera rien, à ce qui est déjà. Le fil est étroit entre l’ouverture nécessaire de la science pour progresser et le rejet des "idées délirantes", au mieux ou des gourous manipulateurs. Que faudrait-il ? Un peu plus de modestie, un peu plus de doute...mais ce ne sont pas les ingrédients ordinaires des pouvoirs.