signaler ce commentaire
par LM

Bonjour ! Il semble que dans ces débats, nous oublions la liberté individuelle. Que penser du cas de ce jeune homme,paralysé de la tête aux pieds,demandant la mort jusqu’à faire appel à la Présidence de la république française et qui se retrouve en mouroir après le décès de sa mère,seule personne dans sa vie,parce que pas de lieu d’accueil autre ? Où est la décence,dans ce cas ?

Pour ou contre l’euthanasie n’est peut-être pas qu’un faux débat, il faudrait peut-être nommer ce débat autrement : pour le droit à la personne,pour le désir du malade,pour son bien-être. A mon humble avis,il serait bon de reconnaître à chacun le droit sur sa personne. Ce qui est valable pour l’un, ne l’est pas forcément sur l’autre. hors contexte médical, il est bon de voir le contexte pour la personne : l’état émotionnel, l’entourage...

A toutes fins utiles, il est parlé dans la constitution de primeur d’intégrité de la personne physique, il est reconnu à chacun le droit sur son corps(ça concerne aussi la vaccination !lol)

En fait, je pense que ce débat sur l’euthanasie renvoie chacun à ses peurs : souffrances,mort ; à chacun donc d’aller voir en soi, afin de discuter clairement avec la personne souffrante. Une fois dépassée (acceptée intégrée) en soi la peur interpelée,nous pouvons être aidant.

A l’heure actuelle, nous ne faisons qu’ajouter nos peurs aux souffrances,qu’opposer notre conviction à celle de "l’autre" plutôt qu’accompagner véritablement.

De plus,tant qu’il y a débat, il n’y a pas décision,du coup pas de structures adaptées mises en place. Nous sommes tellement occupés à "disputer" du bien-fondé de chaque opinion que nous en oublions le plus important : agir pour.

La question à se poser serait peut-être :"Sommes nous pour ou contre laisser aux personnes leur libre-arbitre" afin que les choses bougent ?

Un bon accompagnement est important, mais doit rester un accompagnement,laissons aux personnes le droit sur leur vie,acceptons leurs décisions prises en leur âme,conscience...et corps de souffrances, que cela nous conviennent ou pas, il est temps je crois d’accepter les choix de chacun. Je n’accepterais que très difficilement et certainement à grands coups de poing ( fictifs !) que l’on vienne m’imposer quelquechose sous prétexte que la personne en face ne vit pas les choses de la même manière que moi...et vous ?

Doit-on imposer sous prétexte que la personne est souffrante ou au contraire se mettre plus à l’écoute ? Ecouter véritablement, sans y mettre nos ressentis,émotions,peurs ou convictions.

Pour ou contre le respect de la personne ?

Je Vous souhaite une belle journée !

LM