signaler ce commentaire
par trape

On ne peut pas tout mettre tout le monde dans le même pot, car les "dérives" alimentaires n’ont point toutes les mêmes origines. Savoir n’est pas être, et dans l’acte alimentaire, il y a souvent beaucoup d’affectif, trop d’affectif parfois. de sorte que la connaissance des nutriments, n’apporte un plus que chez les individus "calmes" sur le plan de l’humeur. Les anorexiques sont souvent "très branchées" dans le domaine de la connaissance des aliments, du "gras", en particuliers ; elles ont cependant des troubles du comportement alimentaire et nutritionnels... Néanmoins, un meilleur étiquetage et une meilleure éducation, peuvent améliorer l’état de santé de tout le monde, en favorisant un meilleur choix de la part de ceux qui n’ont pas, à priori, de problèmes pondéraux et qui ont la bonne distance face à l’acte alimentaire. Cette étude ne fait que confirmer ce que nous savions déjà.