signaler ce commentaire
par clostra

intéressant car il faut savoir à partir de quels éléments de tels médicaments sont développés :

2 "façons"

l’une intéressante pour l’esprit et les développements logiciels, consiste à faire une simulation tri dimensionnelle d’une molécule hypothétique qui "rentrerait" dans un récepteur ou tout autre "dispositif" de régulation du fonctionnement d’une molécule ayant des propriétés liée à la stéréochimie, notamment leur affinité. Malheureusement les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes.

l’autre est empirique, s’inspirant des effets secondaires

les deux reposent sur le principe de l’apprenti sorcier, si on les replace dans la "physiobiologie" circadienne, de plus, juste un petit exemple : l’effet d’un neuromédiateur dans le cerveau est possiblement inverse dans le reste du corps. On se rappellera les antihistaminiques qui endorment. Quand "on" s’est rendu compte de leur effet au niveau du cerveau, on les a "entourés" pour qu’elle ne puissent pas passer la barrière hémato encéphalique.

Curieux d’ailleurs, car ces molécules d’antihistamiques sont totalement ignorées des psychiatres...Alors que la population est de plus en plus allergiques et qu’une petite structure, non négligeable du cerveau dispose de récepteurs à l’histamine...

J’ai eu le bonheur d’avoir un gynécologue qui, après un accouchement me les a prescrits pour troubles du sommeil : problème résolu en moins d’une semaine...

Ce sont des exemples...