signaler ce commentaire
par Pincevent

S’il est vrai que les proches sont en première ligne, par définition, il est aussi tout à fait exact que les personnes atteintes d’une maladie mentale sont sous le seuil moyen de délit/criminalité par rapport aux gens dits normaux.

Il faut savoir que dans leur grande majorité (+ ou - 80 %) les psychotiques présentent des symptômes dits "négatifs" c.a.d. pour faire bref, qu’ils ont peu, voire pas, d’activités ni de contacts sociaux. Ça peut aller jusqu’à rester au fond de son lit en permanence.

Pour les autres, il suffit d’un passage à l’acte atroce, comme à Pau, pour les médiatiser à outrance avec la réaction classique des politiques : pondre une loi pour tranquilliser le bon peuple.

Ce bon peuple qui, la plupart du temps, ne s’intéresse pas au problème de la maladie mentale, le fou c’est l’autre !

La preuve en est : 3 réactions seulement sur cet article...