signaler ce commentaire
par janequin

Si, comme beaucoup d’études (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/...) le laissent supposer, les peroxynitrites jouent un rôle éminent dans la genèse de la maladie de Parkinson, il est tout-à-fait naturel (pour un chimiste averti) d’apprendre que l’ibuprofène modifie favorablement le cours de cette maladie, car c’est un composé aromatique activé par deux groupements alkyle en para, et donc capable de réduire fortement la quantité de peroxynitrite, celui-ci étant alors piégé par nitration de ce cycle activé.