signaler ce commentaire
par tiptop

Je fais partie de ces 45% !! Une rhino-pharyngite qui a duré une semaine. 24 h d’arrêt de travail non remplacé bien sûr. J’étais quasiment aphone ce jour là (la voix est mon instrument de travail). Je comptabilise 4 jours d’arrêt maladie pour 15 ans de carrière. Cas unique ? Les remplaçants se font rares. Une institutrice de l’école voisine enceinte n’a pas été remplacée pendant 15 jours. Ce n’était probablement pas assez prévisible. Le cas n’est pas unique. Pire, l’éducation nationale a l’intention désormais de demander aux municipalités de remplacer au pied levé (Source : le délégué à l’éducation de ma commune). Avec du personnel non qualifié cela va sans dire… Deux stages de formation professionnelle ont été annulés faute de remplaçants. Un a effectivement eu lieu ....sans remplacement. 60 élèves à répartir sur 3 classes ! Ouvrez les yeux !!! C’est la casse de l’éducation nationale en tant que service public que le gouvernement cherche. La stratégie ? Accélérer le pourrissement de la situation. Et bien entendu, monter l’opinion publique contre les profs. Ceux qui en pâtiront ? Nos enfants bien sûr (enfin… les moins bien lotis socialement)…