signaler ce commentaire
par joelim

Et la méthode de base, qui marche bien quand le nombre de moustiques est limité (curieusement il n’est pas rare qu’il n’y ait qu’un seul moustique par soir dans nos contrées tempérées) : la mort par écrasement. :->

Méthode 1 : attendre que le moustique se pose sur une surface plane (mur, plafond). Frapper avec un livre souple ou journal petit format. Il faut être suffisamment rapide donc le mieux est de préparer le mouvement du bras, un peu comme au golf... Et d’utiliser la souplesse de l’arme pour atterrir bien à plat (le moustique étant déjà en train de quitter la zone).

L’inconvénient est que parfois le moustique ne se pose pas sur une surface plane. Qui plus est, sur une surface foncée il n’est pas facile à détecter.

Méthode 2 : elle consiste à l’attraper d’un geste vif, en fermant la main au dernier moment, sans oublier de remuer les doigts afin de bien l’écraser.

Cette méthode marche très bien, sauf la nuit où les réflexes et la vision sont émoussés. La motivation de ne pas se faire piquer permet d’améliorer le taux de succès. Le mien est nettement supérieur à 75 %, le geste étant devenu presque instinctif, comme celui d’un chat (en attendant le meilleur moment pour agir). Voir çà comme un geste ludique ou de défi sportif peut également aider.