signaler ce commentaire
par Léon

Quand une femme désire être mère porteuse pour une autre femme, elle est dans la situation de Marie, tout simplement.

Le père, c’est celui qui est désigné par la mère, c’est ce que la psychanalyse par la bouche de Lacan nous apprend. Personne ne sait, sauf la mère, et encore pas toujours qui est le père. Prétendre sur cette base définir un père et d’une mère clairement identifiables biologiquement est d’une naïveté sans nom, sauf à envisager un flicage généralisé avec contrôle ADN pour chaque naissance.

Quant à la mauvaise foi, c’est celle des autres, par définition.

Définir comme un droit de l’enfant à disposer de quelque chose lié au biologique est un pur fantasme, ce droit n’existe pas dans la Loi. La citoyenneté française est basée sur le droit du sol, et non sur celle du sang. :-|