signaler ce commentaire
par Cristophe

Prenons vos arguments un par un :

1) "Si l’on ne peut pas avoir d’enfant, il y a l’adoption ou la FIV dans certains cas, un point c’est tout." Non, on peut avoir d’une part des enfants avec l’aide de la médecine (20 000 naissance par an) et il n’y a que 800 enfants adoptables par an en France. Donc l’adoption ne peut résoudre le problème de l’infertilité et ce n’est pas d’ailleurs sa vocation. C’est d’ailleurs un raisonnement utilitariste de dire qu’il faut résoudre l’infertilité de ces couples avec ces enfants adoptables. Rien n’indique que l’intérêt de ces enfants adoptables passe obligatoirement par avoir des parents infertiles.

2) "c’est pas parce que on est une democratie qu’il faut tout autoriser voire autoriser des actes pervers et humiliant car pour moi les meres porteuse ont ce statut." Personne ne parle de tout autoriser, vous utilisez là une locution fourre-tout bien connue des régimes liberticides. J’ai aussi du mal à comprendre votre syntaxe. "Des actes pervers et humiliants" sont des actes pas un statut. Mélanger ce que l’on est et ce que l’on fait fait partie de la réthorique intolérante pour employer un mot poli. Vous vous permettez d’insulter gravement ces femmes sans bien sûr donner un début d’explication. La seule humiliation que je vois pour l’instant, ce sont vos propos.

3) "Vous croyez qu’une femme ne peut pas souffrir de cette situation de mere porteuse ?" Vous reprenez en fait mot pour mot l’argumentation des intégristes anti-IVG. Remplacer GPA par IVG et vous verrez. Pour vous, il y a obligatoirement souffrance, donc coercition parce qu’une "vraie" femme ou mère ne ferait pas ça. Vous réfutez donc l’idée qu’une femme puisse décider de son libre arbitre de ce qu’elle veut faire, et aussi de penser que s’il y a dans le projet quelques souffrances, le bilan global pour elle est nettement positif ? En fait, vous n’arrivez tout simplement pas à concevoir qu’une femme puisse agir d’une façon différente de vos schémas intellectuels et en être heureuse.

4) "Quel est leur avenir sur une planète polluée et sale ?" J’ai déja répondu dans un commentaire plus haut à cette question.

5) "Mais il y a des femmes qui à 50 ans voir un peu plus décident qu’avoir 14 enfants, c’est la liberté de procréer" Non, vous faites un amalgamme qui relève de la mauvaise fois. La femme aux 14 enfants a 33 ans et fait l’objet d’une enquête pour savoir pourquoi la loi n’a pas été respectée. De plus, les familles de 14 enfants sont encouragées par la guerre à la contraception que pratique le Vatican. J’aimerais entendre votre indignation sur ce point, sinon je vais penser qu’elle est à géométrie variable. En fait, ce point que vous soulevez n’a rien à voir avec le sujet de mon article.

6) "Tout ceci est pervers et constitu un moyen d’assouvir les fantasmes les plus fous de certaines personnes" On n’en saura toujours rien sur ce qui vous fait parler de perversité. Je ne suis pas sur que vous en compreniez le sens. De plus, vouloir avoir un enfant ne me semble pas un fantasme, ou alors il serait extrèmement répandu ! Ce qui me semble sûr, c’est que vous fantasmez complètement sur l’Assistance Médicale à la Procréation : vous êtes dans l’émotion irrationnelle et votre discours ne comporte aucun point d’ancrage dans la réalité.

7) "A quand la sélection de l’enfant parfait ?" Une fois de plus, il n’y a rien dans mon article ni dans la gestation pour autrui qui ressemble de près ou de loin à de la sélection. Vous mélangez don de gamètes et gestation pour autrui. Donc, une fois de plus, vous êtes hors sujet. Par ailleurs, il vous faudrait prendre conscience que la sélection existe dans la reproduction sans aide médicale. Contrairement aux parents qui font appel à un don de gamètes, un couple qui engendre sans aide peut abandonner un enfant à la naissance. Ils sont d’ailleurs 25% à le faire quand l’enfant est trisomique. Toujours une indignation à géométrie variable ?