signaler ce commentaire
par KM

Sans rentrer dans le débat scientifique, il y a un point que la plus simple honnêteté impose de rectifier :

Si les pharmaciens génériquent avec "frénésie" aujourd’hui c’est tout simplement que s’ils ne le font pas LA CPAM NE LEUR PAYE PLUS LES PRODUITS PRIS PAR LE PATIENT EN TIERS PAYANT - sauf si le médecin indique en toutes lettres sur l’ordonnance "NON SUBSTITUABLE".

C’est donc une obligation absolue, et non pas un choix ou un espoir absurde d’enrichissement.

A ce sujet il faut savoir que s’il y a 4 ans il y avait effectivement un avantage de marge commerciale, celui ci c’est largement réduit tous les ans et va probablement complètement disparaître très bientôt.

Il faut aussi comprendre que cet avantage avait été accordé simplement pour compenser la perte de chiffre d’affaires de - 45% sur ces produits. Avec tout le respect que l’on doit au travail des journalistes du Canard Enchaîné, celui ci ne fait pas toujours une présentation complète et parfaitement objective des sujets qu’il aborde.

Pour ceux que ça intéresse, environ 200 pharmacies ont fait faillite sur ces 12 derniers mois dont 85 en région parisienne. Ce chiffre devrait probablement au moins doubler en 2009.

Il faut être clair et lucide, le seul véritable gagnant des génériques est le budget de la Sécu.

Maintenant si on veut essayer de conserver notre système de santé qui est en grand danger aujourd’hui, il faut bien que la collectivité fasse des économies quelque part et cela impose les efforts de tous.