signaler ce commentaire
par Rim

Ce qui est illogique et inadmissible c’est qu’en quelques mois nous nous sommes retrouvés confrontés à plusieurs « contaminations alimentaires ». On ne fait que nous rassurer, alors que le poison chemine déjà dans notre corps, que les doses ne sont pas dangereuses pour la santé. Après l’huile frelatée, le poulet bio nourri à la mélamine, la dioxine dans le porc, qu’allons-nous encore trouver dans nos assiettes ? Après les incidents du lait à la mélamine en Chine, les autorités responsables auraient du accentuer les contrôles sur les produits importés. On a eu les chaussures qui donnent des œdèmes, les fauteuils relaxants tueurs (au moins on ne meurt pas stressé), l’huile de moteur qu’on mettait dans nos salades et mayonnaise, puis est arrivé l’histoire de la mélamine et celle de la dioxine. Les autorités sont rassurantes. Les quantités ne sont pas nuisibles pour la santé. Ne vous inquiétez pas, vous n’allez pas crever après avoir mangé du poulet bio (payé en plus le double du bon vieux poulet « de batterie »), l’huile frelatée n’est pas si dangereuse (un coup de pouce pour économiser, emprunter de l’huile à votre voiture). Sauf qu’il est démontré que si ces toxines à de faibles doses ne sont pas mortelles, elles ne sont pas moins nuisibles pour le corps (surtout avec toutes les campagnes hygiénistes censées nous apprendre à manger et boire pour notre santé). La mélamine donne des calculs rénaux, peut entraîner une insuffisance rénale, la dioxine peut toucher le foie, le système immunitaire et même exposer à des cancers. Penser qu’on donne ça à notre enfant, qu’on ingère ceci durant sa grossesse en pensant ne donner que le meilleur à son bébé, qu’on augmente le trou dans notre budget pour manger sainement. Il y a des questions à se poser.