signaler ce commentaire
par santéchérie

Attention à ne pas tout mélanger, un usage festif occasionnel, même de produits puissants ne débouche pas nécessairement sur une dépendance et encore moins la nécessité d’une médicalisation.

Et attention également à ne pas mettre sur le même plan le cannabis au danger très modéré (si on ne prend pas le volant ou si on n’est pas à la veille d’un examen) et les amphétamines ou autres produits qui modifient irrémédiablement la structure du cerveau.

De mon point de vue le principal danger n’est d’ailleurs pas dans la prise festive de toxiques mais dans le fait que la prise précoce de drogues agit sur des cerveaux "non finis" dont la croissance est affectée par les produits. On ne lutte pas assez contre le tabac et l’alcool en milieu scolaire et familial d’ailleurs, et possiblement trop contre les stupéfiants qui au final posent bien moins de problèmes sanitaires et sociaux.