signaler ce commentaire
par

@Nautile35 (IP :xxx.x21.67.243) le 4 décembre 2008 à 17H08 : OUI et bravo pour votre message sur la sécu. PAR CONTRE, générique ou pas...j’ai compris dans mon coin que seulement 40 à 30% des malades étaient soulagés par le médicament essayé lors des phases de mises en vente. POURQUOI alors, n’y a-t-il pas d’études payées et exécutées par notre ministère de la santé qui possède les meilleurs diplômés des facultés afin de trouver la raison qui fait que 70% des malades ne réagissent pas à un produit médicamenteux ? Ces chiffres, je les ai trouvé dans les publications des essais en double aveugle comme ils disent...Sont-ils tellement aveuglant qu’on s’en contente et que l’on ne cherche pas plus loin ? Je comprends bien que l’on ne réduit pas le cout de 70% MAIS d’environ 35 %....les malades donc les faibles en tireraient un profit ! Ils éviteraient au moins les effets néfastes des médicaments s’ils sont dans le groupe des 30à 40 % "placébo" ( que la médecine ne peut détecter et ne cherche pas à détecter). A ce propos, il est écrit dans des cours de pharmacie que jamais un excipient est neutre et ce qui me laisse songeur , c’est que maintenant les labos utilisent les propriétés des excipients pour optimiser l’efficacité des médicaments . Dans quelle proportion ?...on dirait que l’on n’a pas le droit aux résultats des recherches qui j’en suis certain ont été réalisées MAIS pour les génériques ...on sent bien qu’il y a un petit hic quant aux indications et contre indications (pourquoi pas) quand l’excipient est changé pour un pourcentage de malades que nous ne pouvons savoir...donc de un ou deux malades à deux ou trois pour cent des "’ lots"’ de malades ?