signaler ce commentaire
par Gustav

Les médicaments générique ne sont ni plus ni moins que de la "contrefaçon légale".

La santé du malade : on s’en balance. Pourvu qu’on se fasse (encore) un peu plus de fric. Les directeurs des labos, Docteurs en Pharmacie, devraient relire régulièrement le serment d’Hippocrate : "... et n’exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail".

Le générique a bien dans sa formule la molécule active. Mais il y a deux différences de taille entre le générique et le princeps :
- dans le générique, la molécule active n’est pas nécessairement fabriquée de la même manière qu’avec le princeps.
- dans le générique, les excipients sont différents.

Tout ceci fait que le générique n’a pas nécessairement les mêmes effets que le princeps. Les malades s’en rendent compte très facilement. Et puis, il y a ce que j’appellerai "l’effet placébo" : si le malade sait que ce n’est pas (tout à fait) le même médicament qui lui est administré, il va inconsciemment générer une réaction de rejet. Bilan, ça ne marchera pas.

La Sécu dit : "c’est pour faire des économies". Mais oui... bien sûr...

Déjà, quelle peut être, en valeur absolue, une petite économie sur les médicaments qui représentent une très faible part du budget de la Sécu... ? Ensuite, que se passe-t-il quand le malade voit que son générique ne lui convient pas ? Ben, il retourne chez son médecin, paye une nouvelle consultation, et se fait prescrire le princeps. Bilan, la Sécu paye DEUX consultations au lieu d’une, et deux fois le même médicament. Belle logique de technocrate.

Alors, messieurs-dames les patients, arrêtez de culpabiliser, faites vous prescrire le princeps d’entré de jeu, en demandant au médecin de noter sur l’ordonnance "non substituable".

Si la Sécu veut faire des économies, elle devrait instituer pour les ordonnances renouvelables "un conditionnement plein contre un vide durant toute la durée du renouvellement".

Moi, perso, quand on me prescrit de la Ventoline pour 3 mois, par exemple, ben la première cartouche pourrait suffire pour deux mois. Ben, on m’en ressert une nouvelle chaque mois...

Ça éviterai d’avoir plein de boîtes entamées dans son placard à médicaments ; médicaments qui seront de toutes façons jetés dans la poubelle, en polluant encore un peu plus la planète...