signaler ce commentaire
par Laurent

Durant la dernière guerre,des difficultés d’aprovisionnement frappaient les hôpitaux psychiatriques car l’approvisionnement était réservé en priorité aux hôpitaux normaux. Entre 1940 et 1945, 40.000 malades mentaux sont morts dans ces hôpitaux. A l’hôpital psychiatrique de Clermont, les bâtiments , n’étaient guère chauffés et la nourriture réduite à la portion congrue.A tel point qu’il n’était pas rare qu’on y meurt de faim. C’était le cas dans tous les hôpitaux psychiatriques. mais pour Clermont il y a une circonstance aggravante:Etant donnée la pénurie qui sévissait pour les besoins de première nécessité à l’époque,le personnel se servait sur ce qui était alloué aux malades en ce qui concerne des biens essentiels comme : nourriture, savon,vêtement, charbon.....et il appelait l’hôpital "La Samaritaine" (en référence au slogan de ce grand magasin "on trouve de tout à la Samaritaine"....