signaler ce commentaire
par acadienne

Mon dieu ! Madame ! Je ne peux pas croire qu’une femme puisse écrire de telles inepties ! Si vous êtes sexologue, j’aimerais bien savoir quelle pauvre institution vous a décerné vos diplômes ! Votre titre ne fait aucunement de vous une autorité en matière de féminisme ! Et il faut croire que vous ne connaissez pas la vraie définition du mot « féminisme », puisque ce dernier ne constitue pas l’idée de contrôler, ni de subjuguer les hommes, mais bien de permettre aux femmes d’atteindre l’égalité réelle dans toutes les sphères de la société, que ce soit sur le plan économique, social, politique ou privé.

Je n’ai sûrement pas besoin de vous dire que de nombreuses études réalisées tant au Canada, en France ou dans le reste du monde démontrent que les femmes sont toujours les victimes de profondes inégalités. Je n’aurais jamais cru entendre un tel discours patriarcal et sexiste de la bouche d’une femme !

« Il était fier de dire combien il admirait les féministes. Qu’il était doux et respectueux, qu’il ne se voulait pas dominant, car cela équivaudrait à avilir la femme. Il était en relation depuis une quinzaine d’années avec une femme qui ne désirait plus faire l’amour depuis sept ou huit ans, même si elle disait ne pas être éteinte sexuellement et se masturbait de temps en temps. Cette femme exerçait un fort contrôle dans leur relation. C’est elle qui avait toujours décidé l’heure à laquelle ils pouvaient avoir des relations sexuelles. C’est-à-dire, jamais le jour, parce qu’elle ne se sentait pas fraîche, toujours le soir, après le dernier pipi du chien vers les 11 heures du soir, alors que lui n’était pas dans le meilleur de sa forme. Mais, rien à faire, quand elle disait « non », c’était « non ». » (… )son épouse lui fît comprendre qu’il devait rester dans son coin et ne rien dire. Et oui, il semble que des couples comme cela existent. Il faut ajouter que cet homme a préféré se laisser mourir plutôt que de se faire soigner pour un cancer. (…)

Parce que forcément, si ça avait été l’inverse, si cette femme avait été contrôlée par son mari, si elle avait été soumise à ce dernier, tout le monde aurait été heureux, non ? L’ordre « normal » des choses aurait suivi son cours ? Parce que « forcément », les femmes doivent se soumettre à tous les ordres et désirs de leur mari, non ? Non, mais quelle stupidité ! Et vous utilisez un seul cas pour diaboliser TOUTES les féministes ? Quelle généralisation grossière ! Que de préjugés ! Évidemment, les féministes sont responsables de tous les maux de la planète !

« Cet homme démontrait pourtant une belle agressivité dans d’autres sphères de sa vie, mais avec les femmes, tout était différent. Il le constatait bien. »

Parce que c’est « beau », l’agressivité d’un homme envers une femme ? Vous trouvez que l’agressivité et la violence d’un homme envers sa femme sont belles ? Connaissez-vous la définition de l’agressivité ? Quelle belle justification pour la violence conjugale. Savez-vous combien de femmes meurent à chaque année au Canada seulement aux mains d’un mari ou d’un conjoint violent ? Savez-vous combien d’enfants, de familles ont été détruits par cette violence ? Vos propos sont tout simplement abominables et indécents.

Il y a toute une marge entre un homme qui s’affirme et un yesman ou une carpette. Vous devriez apprendre à faire la différence entre les deux avant de donner des conseils aux couples. Si Agoravox continue à publier de tels textes sexistes, je vais tout simplement arrêter de lire ce journal. Entre vos propos et le commentateur ci-dessus qui dit : « On peut tuer une femme apparemment normale par excès d’amour parce qu’elle est invivable et n’apprécie pas votre amour », je ne sais pas ce qui est le plus aberrant...