Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vitamine D, indispensable et plutôt rare
Vitamine D, indispensable et plutôt rare
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 février 2012 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Vitamine D, indispensable et plutôt rare

Vitamine D, indispensable et plutôt rare

Cette vitamine, restée longtemps mystérieuse et souvent négligée, est en réalité indispensable à votre santé, et plus riche en bienfaits qu’on le croyait.

Quelque peu ambiguë, cette vitamine qui, lorsqu’elle est synthétisée par l’organisme à partir de dérivés du cholestérol, sous l’influence du rayonnement solaire, est aussi une prohormone, précurseur d’une hormone. Elle se présente sous deux formes, D2 (ergocalciférol) et D3 (cholécalciférol). On estime que 2 Français sur 3 sont carencés en vitamine D.
 
  • L’exposition solaire est la seule façon d’avoir de la vitamine D.
FAUX. C’est normalement la voie principale, qui apporte de la D3. La synthèse de la vitamine D se fait dans les couches profondes de l’épiderme. À noter que les peaux noires ou très foncées forment écran et entraînent la plupart du temps une carence, surtout chez les personnes vivant dans la moitié Nord de la France.
 
  • Il y a aussi des sources alimentaires.
VRAI. Mais les aliments susceptibles d’apporter de la vitamine D, sous forme de D2 cette fois, en quantité suffisante sont rares : la chair des poissons gras, plus encore leur foie (morue, flétan), dans ce dernier cas, la vitamine D se trouve naturellement associée à la vitamine A, il faudra donc veiller au dosage car celle-ci est toxique à très haute dose. Dans les autres aliments comme huîtres, jaune d’œuf, céréales, champignons… les quantités de vitamine D sont faibles. Certaines vitamines (C, groupe B) sont hydrosolubles (solubles dans l’eau), la vitamine D est liposoluble, c'est-à-dire soluble dans les corps gras, ce qui correspond au processus de sa synthèse naturelle dans l’organisme. On comprend alors que les régimes amincissants très restrictifs peuvent s’avérer réellement dangereux.

  • La vitamine D est bonne pour les os.
VRAI. La vitamine D régule le métabolisme phosphocalcique. En clair, elle est indispensable à la fixation du calcium sur les os, elle représente donc la meilleure prévention de l’ostéoporose. Sinon, vous pourrez prendre des quantités énormes de calcium (au risque, s’il est médicamenteux, qu’il se fixe dangereusement sur les artères), si vous manquez de vitamine D, cela ne servira à rien. Carence ou subcarence peuvent s’évaluer par une prise de sang, l’insuffisance étant établie à partir d’un taux sanguin inférieur à 30 ng/ml et la carence vraie à partir de 10 ng/ml*.
 
  • Elle a d’autres vertus.
VRAI. À la lumière de nombreuses études récentes, d’autres actions bénéfiques de la vitamine D se sont révélées : elle stimule les défenses immunitaires, elle aurait un effet protecteur contre le cancer, elle agit en prévention des maladies cardiovasculaires, elle préviendrait la chute des dents et aurait des propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses.

  • Le dosage est important.
VRAI. Les compléments alimentaires disponibles en France obéissent à une législation qui évite les surdosages. Évitez tout achat sur Internet, où l’origine et les matières premières ne sont pas garanties, et suivez les conseils de votre pharmacien. Pour indiquer les doses optimales pour l’organisme en vitamine D, on utilise les unités internationales (UI) plutôt que les microgrammes (µg), 1 µg (1 millionième de gramme) équivaut à 40 UI. Les apports journaliers sont fixés à 200 UI pour les jeunes enfants, 400 UI chez l’adulte, sachant que chez la personne âgée ces besoins sont augmentés.
 
Hélène Barbier du Vimont
 
*ng : c’est l’unité de mesure de masse du Système international (SI), valant 10-9 gramme.

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés


 

 


 


Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés

POST-SCRIPTUM

  • À lire : La vitamine D, Dr Charles Cohen, éditions du Dauphin, 2010, 14 Euros. Le Guide des compléments alimentaires, Dr Régis Grosdidier, éd. Trédaniel, 2011, 17 Euros.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :
Soleil Vitamine D
Commentaires
3 votes
(IP:xxx.xx4.184.249) le 19 février 2012 a 23H17
 (Visiteur)

Dans quel monde vivez vous. De nombreux aliments, comme les céréales du petit déjeûner sont maintenant complémentés en vitamines dont la vitamine D. La carence en vitamine D touche peut être les populations ayant une alimentation déséquilibrée mais c’est un autre débat. Par ailleurs cela fait plus de 40 ans que la vitamine D n’a plus aucun secret.

2 votes
par momo (IP:xxx.xx1.71.249) le 20 février 2012 a 10H24
momo (Visiteur)

http://poilagratter.over-blog.net/a...

Le naturisme est bon pour la santé.

3 votes
par Floriane Val (IP:xxx.xx9.253.89) le 3 mars 2012 a 18H02
Floriane Val (Visiteur)

Le problème majeur de ces petits déjeuners, laits, yaourts et autres aliments qui sont complémentés en vitamine D, rédie dans le fait que cette vitamine D qui est ajoutée à ceux ci est d’origine synthétique, et comme de nombreuses vitamines d’origine synthétique, sa biodisponibilité effective dans les cellules est bien moindre à la biodisponibilité des précurseurs naturels de la vitamine D qui sont généralement apportés avec les co facteurs nutritionnels nécessaires associés pour que la vitamine D soit correctement assimilée. Il y a près de 40 ans que l’on sait pourtant que donner des doses même très élevées en vitamine D à des individus qui n’ont pas un apport simultané suffisant en magnésium par exemple, ne sert à rien, car l’organisme ne saura pas utiliser cette vitamine D de façon efficace. Le problème vient du fait que l’on se contente de mesurer la vitamine D dans le sang sous la forme 25 (OH) D pour décreter que la vitamine D a été assimilée. Or cela n’est pas du tout un marqueur de l’assimilation effective d la vitamine D. Lorsque la vitamine D est administrée, elle est transformée par le foie puis par les reins dans la forme que les cellules pourront recevoir ( 1,25(OH) D2) notamment. Or ces vitamines de synthèse qui sont apportés, surtout si ne sont pas apportés simultanément les co facteurs nutritionnels nécessaires pour que les enzymes fassent ce boulot, et bien ces vitamines D ne sont pas opérantes. C’est la meme chose pour le calcium et pour bien des nutriments. Tous ces apports monomoleculaires avec des molécules de synthese sont des leurres ! Les grands laitiers font croire que leur calcium est une forme assimilable pour l’organisme et y ajoutent de la vitamine D de synthese tout aussi peu assimilable pour les cellules pour vendre leurs produits ; Alors pourquoi au pays du fromage et qui détient des records de consommation de produits laitiers, sommes nous aussi parmi les pays dont la population est autant atteinte par l’osteroporose ??? ces visions tres reductrices des apports nutritionnels détournent les consommateurs des vraies formes assimilables de ces nutriments. a savoir ceux que l’on peut trouver sous forme plus ou moins concentrée, de façon naturelle dans certains aliments mais de façon a ce qu’ils soient associés a d’autres nutriments en proportions respectées pour que l’assimilation se fasse correctement. Ces aliments voire compléments alimentaires élaborés avec de tels ingrédients naturels présentent alors les co facteurs nutritionnels pour permettre une bonne assimilation nutritionnelle. des plusieurs etudes ont démontré la pauvre biodisponibilité des vitamines E de synthese par rapport aux vitamines E naturelles. Idem pour la vitamine C qui est beaucoup plus assimilable lorsqu’elle est apportée par des sources naturelles que lorsqu’elle est apportée de façon synthétique isolée de ses co facteurs. Tout montre aussi que -pour la vitamine D il en est de même. On est donc loin de pouvoir affirmer que cela fait plus de 40 ans que la vitamine D n’a plus aucun secret. POur exemple, pendant 40 ans on s’est trompé en pretendant que la D2 etait moins assimilable que la D3. HOhmann et d’autres chercheurs ont démontré le contraire. D2 et D3 sont aussi importantes et efficaces l’une que l’autre. Le débat est donc loin d’etre clos. De plus l’Europe et la france ont fixé a 200UI les apports nutritionnels conseillers journaliers en vitamine D. les valeurs de 100 a 400 UI concernent les normes appliquées a la Belgique. Mieux valent 200UI par jour de vitamine D associée aux bon co facteurs plutot que des apports completement fous superieurs ... qui oublient les necessaires associations des autres nutriments necessaires pour assimiler la vitamine D ( notamment le magnesium Cf travaux publiés dans le Lancet dans les années 70 entre autres)

0 vote
par Klopo (IP:xxx.xx5.130.140) le 9 mars 2013 a 12H45
Klopo (Visiteur)

Bravo pour cette brillante intervention, j’adhère totalement.