Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un osthéopathe : pas seulement pour le mal de dos !
Un osthéopathe : pas seulement pour le mal de dos !
note des lecteurs
date et réactions
25 novembre 2010
Auteur de l'article
Ostéo de France, 2 articles (Syndicat d'Ostéopathie)

Ostéo de France

Syndicat d'Ostéopathie
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un osthéopathe : pas seulement pour le mal de dos !

Un osthéopathe : pas seulement pour le mal de dos !

42 % des Français ont déjà consulté un osthéopathe. Cependant ,peu d’entre nous savons que nous pouvons faire appel à cette médecine manuelle pour d’autre maux que le mal de dos. Voici quelques exemples des multiples applications de l’osthéopathie...

L'ostéopathie est une thérapie de plus en plus "en vogue". Pour preuve, le
nombre de praticiens ne cesse d’augmenter -environ 12 000 en France- et 42% des Français* déclarent avoir déjà consulté un ostéopathe.

Pour autant, il subsiste une certaine méconnaissance puisque plus de neuf personnes sur dix pensent qu’elle permet avant tout de soigner des problèmes de dos, en particulier ce qui concerne la colonne vertébrale (ou rachis).

Si les manipulations de la colonne vertébrale sont effectivement une composante essentielle de la médecine manuelle ostéopathie, elle est également pratiquée au travers de techniques non forcées, douces et permet
également de prendre en charge les bébés, les femmes enceintes… L'ostéopathie peut également présenter de réels bénéfices pré et post opératoire à la chirurgie orthopédique.

Avant toute manipulation : un examen médical indispensable

Seulement 6 personnes sur 10* déclarent savoir que l'ostéopathie est exercée par des médecins et non médecins. Qu'en est-il ?
En réalité, trois catégories principales de praticiens (paramédicaux souvent des kinésithérapeutes, des "ostéopathes exclusifs" ni médecins ni kinésithérapeutes et des médecins ostéopathes) peuvent utiliser l’ostéopathie, mais dans des conditions différentes.

« Il est important de savoir que seul le médecin-ostéopathe a la formation la plus complète pour poser un diagnostic médical, consistant à éliminer les pathologies inflammatoires, infectieuses, tumorales et neurologiques au travers d'un interrogatoire précis (antécédents du patient, histoire et type de la douleur…). Il peut également prescrire des examens complémentaires » précise le Dr Marc Baillargeat, médecin ostéopathe et président de la Fédération française et francophone des groupes de Formation de Médecine
Manuelle Ostéopathie (FEMMO).

D'ailleurs, pour 2/3* des Français interrogés, le statut de médecin est, ou serait, un critère important pour le choix d'un ostéopathe, en particulier pour les femmes (72% vs 64% pour les hommes).

De la grossesse à l’accouchement : en quoi l’ostéopathie peut-elle soulager la femme ?

La médecine manuelle ostéopathie peut être une réponse aux douleurs liées à la grossesse. L'utilisation des techniques manipulatives, chez la femme enceinte est encadrée par les directives de la Société Française de Médecine Manuelle, élaborées avec le Professeur Israël Nisand, gynécologue pour éviter
tout acte inapproprié.

Parmi ces 5 recommandations, l'une d'entre elles consiste à ne pas pratiquer avant 20 semaines d'aménorrhée en raison du risque de fausse couche naturelle.Les techniques non forcées sont à quant à elles applicables à tout âge gestationnel.

«  Après l'accouchement, l'ensemble des techniques de médecine manuelle ostéopathie peut être à nouveau envisagé pour traiter les douleurs résiduelles rachidiennes, sacro-iliaques, du coccyx et tensions viscérales  » note le Dr Bernard Roth, pédiatre et médecin ostéopathe dans le service maternité, Centre Hospitalier Général de Sélestat.

Pour les bébés : Torticolis, syndrome de la « tête plate », troubles du sommeil, pleurs du bébé, reflux gastro oesophagien, coliques…

Le développement intra-utérin et la naissance soumettent le foetus à des contraintes mécaniques, potentiellement traumatisantes. D’autant plus, s’il y a eu nécessité de manoeuvres d’extraction.
En corollaire, torticolis, pleurs, troubles du sommeil, troubles digestifs sont des situations pour lesquelles l’approche pédiatrique habituelle est parfois limitée. La médecine manuelle ostéopathie apporte une réponse physiopathologique et thérapeutique en agissant sur les vertèbres par des
techniques douces non forcées.
« Il faut bien connaître l’anatomie, les spécificités physiologiques du bébé, car les organes vitaux sont très proches ! » explique le Dr Bernard Roth.

Rhumatismes, lombalgies, torticolis, séquelles d’entorses : quand ostéopathie et rhumatologie se complètent

« Le rhumatologue dispose de différents moyens thérapeutiques pour soulager les pathologies mécaniques, dont la médecine manuelle ostéopathie", explique le Dr Geneviève Cornaille-Lafage, rhumatologue et médecin ostéopathe.

Certains rhumatologues sont formés à l’ostéopathie et cette association est pertinente.Des études ont confirmé l’intérêt de l’ostéopathie dans les pathologies du rachis lombaire.

En 2010, dans Spine portant sur la synthèse des recommandations de bonne pratique, il ressort que les manipulations sont efficaces dans les lombalgies aiguës au même titre que les antalgiques et les anti-inflammatoires. Dans les lombalgies chroniques, les manipulations apportent une amélioration à court terme lorsqu’elles sont associées aux autres traitements.

Ostéopathie et chirurgie orthopédique : quels bénéfices pré et post opératoire ?

« Ma façon de pratiquer la chirurgie orthopédique intègre une approche globale qui est chère à l'ostéopathie » explique le Dr Philippe Cartier, chirurgien orthopédique et traumatologie à la Clinique Hartmann.
« L’ostéopathie comble le vide créé par les failles de l’hyperspécialisation", estime le Dr Philippe Cartier. Autrefois l’enseignement de la chirurgie orthopédique prenait en compte l’ensemble du corps humain et nous comprenions les interactions. Mais cette approche s'est modifiée, la chirurgie étant de plus en plus spécialisée par articulation. »

L'ostéopathie permet de repérer, en cas d’arthrose du genou ou de la hanche par exemple, des pathologies associées qui perturberont la rééducation post opératoire et le résultat fonctionnel final.

« Il arrive parfois que la radio soit normale mais le patient est déçu du résultat et le médecin perplexe. Il peut s’agir d'une anomalie de pose de l'implant difficile à mettre en évidence si elle est modérée. Les techniques
ostéopathiques permettant de rétablir les équilibres physiologiques
pourront s'avérer utiles pour faire la part des choses. Elles permettront de faire la différence entre des tensions ou des déséquilibres par la palpation
adaptée pratiquée par le thérapeute et un problème mécanique authentique. »
précise le Dr Philippe Cartier.

Osteos de France

SOURCES

  • Enquête SMMOF/OpinionWay réalisée en octobre 2010. Omnibus sur un échantillon de 1 000 individus âgés de 18 ans et plus.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté