Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Santé au travail : La France en retard dans l’éclairage naturel des bâtiments professionnels
Santé au travail : La France en retard dans l'éclairage naturel des bâtiments professionnels
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 novembre 2012
Auteur de l'article
Aurélie, 1 article (Rédacteur)

Aurélie

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Santé au travail : La France en retard dans l’éclairage naturel des bâtiments professionnels

Santé au travail : La France en retard dans l'éclairage naturel des bâtiments professionnels

La législation française reste floue sur les seuils de luminosité naturelle nécessaires sur les lieux de travail. Alors même que les effets de cette lumière sur la santé des salariés sont prouvés, la France accuse un important retard sur le sujet par rapport à ses voisins européens. Les adhérents du GIF Lumière ont décidé de se mobiliser pour informer les professionnels du bâtiment et sensibiliser les pouvoirs publics.

Lumière naturelle : le retard français

En France, l’apport en lumière naturelle sur les lieux de travail est insuffisamment réglementé. Seuls les articles R4213-2 et R4223-3 du code du travail évoquent brièvement le sujet : « les bâtiments doivent être conçus et disposés de manière que la lumière naturelle puisse être utilisée pour l’éclairage des locaux de travail », « ces locaux disposent autant que possible d'une lumière naturelle suffisante », sans toutefois fixer de seuil chiffré.

L’Institut Nationale de Recherche et de Sécurité préconise pourtant, pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles, un niveau minimum d’éclairage naturel dans la journée entre 300 à 400 Lux*.

« L’éclairement naturel par voie zénithale du lieu de travail est un enjeu sanitaire et environnemental majeur que les décideurs doivent prendre en compte  », explique Bernard Lepage, coordinateur du GIF Lumière. « Notre association fonde sa démarche sur un constat simple : l’utilisation de la lumière naturelle est trop souvent négligée en France. Pour de nombreux types de locaux, il existe pourtant des solutions simples et adaptées, telles que les lanterneaux, qui offrent une pénétration diffuse et une distribution homogène de la lumière naturelle dans un bâtiment. »

Ces dispositifs installés en toiture sont destinés à l’éclairage et à l’aération naturelle ainsi qu’à l’évacuation des fumées et de la chaleur en cas d’incendie.

L'Allemagne plus avancée en matière de lumière naturelle

 

Les directives allemandes pour les locaux de travail sont plus précises qu'en France : " Les apports de lumière naturelle sont considérés comme suffisants, si au poste de travail un facteur de lumière du jour** de plus de 2% est atteint, et de plus de 4% dans le cas de lanterneaux d'éclairage zénithal" (Version V du code du travail ArbStättV). Cette législation a largement contribué au développement des solutions d'éclairement zénithal. Ainsi, les toitures des bâtiments des entreprises allemandes disposent d'une superficie moyenne de lanterneaux 3 à 4 fois supérieur à celle des entreprises françaises.

 

La lumière naturelle, facteur clé de bien-être

La lumière naturelle pénètre dans l’organisme via les photorécepteurs de l’œil et influe sur la production d’hormones : réduction de la concentration dans le sang de la mélatonine, hormone augmentant la sensation de fatigue et à la baisse de la vigilance, et augmentation de la production de cortisol, qui influe positivement sur l’éveil et l’humeur.

« La lumière naturelle active de nombreuses fonctions biologiques » explique Claude Gronfier, docteur en Neuroscience, spécialiste des rythmes biologiques, chercheur au sein du Département de Chronobiologie de l’Unité Inserm 846 à Bron (Lyon). « Ses effets se font ressentir sur notre horloge interne, sur le sommeil, sur notre humeur, nos performances cognitives... Tandis que la lumière artificielle ne joue que sur la vision, la lumière naturelle répond à des besoins biologiques récemment découverts et reste la plus adaptée au bon fonctionnement du corps humain. »

 

*Fiche INRS ED 82

CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

** Le facteur de lumière du jour en un point intérieur est le rapport

de l’éclairement naturel reçu en ce point à l’éclairement extérieur

simultané sur une surface horizontale en site parfaitement dégagé,

par ciel couvert.

FLJ = E intérieur / E extérieur (%)

POST-SCRIPTUM

  • À propos du GIF Lumière :

    Organisation professionnelle regroupant les 4 principaux acteurs de l’éclairage naturel zénithal en France (ECODIS, HEXADOME, SIH et SKYDOME), le GIF Lumière propose aux entrepreneurs, propriétaires et exploitants de locaux des conseils et des outils pour évaluer leurs besoins en éclairement naturel, et les accompagne dans le choix et l’installation des dispositifs choisis.

    www.gif-lumiere.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Travail Lumière