Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Qu’est-ce que la gemmothérapie ?
Qu'est-ce que la gemmothérapie ?
note des lecteurs
date et réactions
2 mai 2012
Auteur de l'article
La Nature dans la Peau, 19 articles (Site de laboratoire )

La Nature dans la Peau

Site de laboratoire
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Qu’est-ce que la gemmothérapie ?

Qu'est-ce que la gemmothérapie ?

Le mot Gemmothérapie vient du latin gemmae qui signifie à la fois bourgeon et pierre précieuse.

La gemmothérapie, une alternative aux thérapies conventionnelles 

Si l’utilisation des bourgeons dans la médecine traditionnelle remonte au Moyen-Âge, la gemmothérapie en tant que thérapie reconnue et acceptée aujourd’hui a été initiée dans les années 50 par un médecin belge.

Aujourd’hui elle est de plus en plus populaire en Europe, et particulièrement en France : de nombreux herboristes, naturopathes et homéopathes l’intègrent progressivement à leur pratique…Et pour cause ! La gemmothérapie constitue aujourd’hui la forme la plus concentrée de la phytothérapie, médecine qui propose de prévenir et traiter une variété de problèmes de santé à l’aide des végétaux.

La gemmothérapie utilise exclusivement la force des bourgeons et des jeunes pousses d’arbres et d’arbustes, véritables réservoirs de substances nutritives qui portent en eux le potentiel de développement de la plante.
En effet, le bourgeon est la partie de la plante la plus concentrée en principes actifs comme des oligo-éléments, des vitamines et minéraux, mais également en hormones de croissance, indispensables à la régénération cellulaire. Ils possèderaient donc certaines propriétés thérapeutiques supérieures aux substances tirées des plantes matures.

Pour certaines espères de plantes, le bourgeon présenterait même toutes les propriétés des différentes parties de la plante. Ainsi, le bourgeon d’Aubépine possèderait à la fois les propriétés astringentes du fruit, utilisé contre les maux de gorge, et celles de la fleur, qui améliore la circulation du sang et régule le rythme cardiaque.

Les bourgeons peuvent agir sur une grande variété de problèmes ciblés tel que l’allergie, la régulation du rythme cardiaque, la circulation sanguine, les problèmes respiratoires, le stress, le sommeil, les problèmes liés à la vue, les articulations, le confort urinaire masculin, la déprime …

Procédé d’extraction

Les préparations utilisées en gemmothérapie peuvent s’obtenir par 2 méthodes.

Le procédé d’extraction de la première consiste à faire macérer les bourgeons dans un mélange eau-glycérine-alcool pendant 21 jours, puis à les filtrer. La substance obtenue, appelée macérât est très concentrée en principes actifs. On le consomme par voie orale, en diluant quelques gouttes dans un peu d’eau.
Posologie : 5 à 15 gouttes par jour, en fonction de la personne et du problème.

Pour la deuxième préparation, on procède également à une macération mais dans un mélange qui ne contient pas d’eau. Le macérât obtenu est ensuite dilué dix fois. La substance obtenue, solution 1D, est donc dix fois plus diluée que le macérât original. Cette méthode, qui préconise une dilution préalable, se rapproche des théories et des méthodes propres à l’homéopathie. 
Les fervents de cette solution plaident l’innocuité de ce macérât, qui est plus dilué et s’avéreraient plus sécuritaires.
Posologie : 50 gouttes 2 à 3 fois par jour.

La gemmothérapie, une source d'actifs précieuse pour la cosmétique

Riches en substances nutritives, les bourgeons possèdent également des propriétés très intéressantes pour une utilisation en cosmétique. Complément idéal des huiles essentielles, leurs qualités anti-âge et leur potentiel de régénération cellulaire se révèlent extrêmement précieuses au sein de soins anti-age.
 

La Nature dans la Peau http://lanaturedanslapeau.fr/

POST-SCRIPTUM

  • Retrouvez Capital Temps, soin anti-rides intense, le premier soin d’Esenka qui unit la puissance des huiles essentielles à la force nutritive de la gémmothérapie

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...