Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nouvelle menace sur les spermatozoïdes
Nouvelle menace sur les spermatozoïdes
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 avril 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Jean-Marie Habar, 19 articles (Médecin retraité)

Jean-Marie Habar

Médecin retraité
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nouvelle menace sur les spermatozoïdes

Nouvelle menace sur les spermatozoïdes

Il y a quelques semaines nous exprimions notre préoccupation concernant la fertilité des hommes qui s’est considérablement réduite en quelques décennies. Nous remarquions qu’en à peine un siècle, la production de spermatozoïdes aurait diminué de moitié et que dans le même temps, on constatait une augmentation importante du nombre des cancers du testicule.

Les facteurs environnementaux étaient reconnus en grande partie responsables de ces phénomènes, en particulier les pesticides et herbicides dont l’utilisation est largement répandue, même en dehors même du monde agricole.

Voilà que d’autres coupables sont désignés par une étude récente : il s’agit des phtalates, produits par les industries du plastique.

Une étude qui apporte la preuve expérimentale de la toxicité des phatalates a été publiée fin septembre 2008 dans la revue Environmental Health Perspective.

Les chercheurs ont montré que l’ajout de Mehp, provenant d’un phtalate largement répandu, le Dehp, provoque au bout de trois jours la disparition, in vitro, de 40 % des cellules germinales fœtales qui sont les précurseurs des spermatozoïdes. L’enfant naîtrait donc avec moins de cellules productrices de spermatozoïdes. Les chercheurs s’interrogent aussi sur ses effets à différents stades de la grossesse, de la vie adulte et peut-être aussi chez les femmes.

Un seul phtalate a été testé alors qu’il en existe une cinquantaine dans notre environnement quotidien

Les phtalates sont présents dans de nombreux produits de consommation courante. Ce sont des plastifiants utilisés couramment dans les matières plastiques. On en trouve dans la quasi-totalité des produits en polychlorure de vinyle (PVC), auxquels ils confèrent la souplesse voulue (rigide, semi-rigide ou souple). Ainsi ils sont présents dans des matériaux de construction, d’ameublement et de décoration. Ils peuvent représenter plus de 50 % en poids pour les articles souples comme les nappes ou les rideaux de douche. On les trouve dans des milliers de produits courants en PVC : couches, chaussures et bottes, textiles imperméables, cuirs synthétiques, jouets, consoles de jeux, encres d’imprimerie, détergents

Les phtalates sont aussi largement utilisés en cosmétologie. Ils sont notamment incorporés comme agents fixateurs afin d’augmenter le pouvoir de pénétration d’un produit sur la peau ou d’empêcher un vernis de craquer.

Ils entrent également dans la composition de certains médicaments, par exemple pour fabriquer des capsules gastro-résistantes. Le matériel hospitalier, notamment les poches de perfusion contiennent aussi des phtalates.

Cette étude devrait inciter à intensifier la recherche en ce domaine et à appliquer le principe de précaution. Une telle mesure d’autant plus nécessaire que dès 1999, à la suite de plusieurs études, l’Union européenne avait classé le Dehp et cinq autres phtalates comme toxiques pour la reproduction. En 2005, une directive du Parlement européen avait limité à 0,1 % de la masse de plastique la quantité de TEHP autorisée dans les jouets pour bébé.

Les industriels du plastique ne semblent guère ouverts à ces observations pour défendre leur industrie.

Ils ont même créé un site Internet mettant en cause les études de toxicité des phtalates et plaident pour « l’usage sans risque des plastifiants les plus utilisés ».

Combien de personnes devront être intoxiquées pour que des mesures efficaces puissent être appliquées ?

JMH

SOURCES

  • http://ehp03.niehs.nih.gov/article/fetchArticle.action?articleURI=info%3Adoi%2F10.1289%2Fehp.11146
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx5.55.146) le 21 avril 2012 a 14H25
 (Visiteur)

Il faut bien qu’un jour nous vivions l’andropause. Cela n’est pas si grave si l’on à connue en temps normale la joie de la paternité. Ce qui est plus préoccupant c’est de voir ces prés-adolescences sexuée avant l’age !

0 vote
par reprendrelamain (IP:xxx.xx0.175.35) le 21 avril 2012 a 16H10
reprendrelamain (Visiteur)

Si les hommes ne pouvaient plus procréer du tout ce serait quand même la meilleure nouvelle pour la planète depuis longtemps, non ?

0 vote
par Al189 (IP:xxx.xx5.191.65) le 21 avril 2012 a 21H31
Al189 (Visiteur)

Ce que vous dites rejoints le dogme des verts selon lequel la terre de pourrait supporter plus de 500 millions d’habitants. Il s’agit là d’une croyance et non d’un fait, notre planète pourrait supporter bien plus de personnes qu’elle n’en comporte aujourd’hui. C’est comme le dogme du réchauffement climatique causé par l’homme. Et dire que toute une politique eugéniste et en train de se mettre en place sur la base de ces dogmes !