Accueil du site
> Santé Naturelle
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Naturopathie – La luminothérapie pour garder le moral !
Naturopathie – La luminothérapie pour garder le moral !
note des lecteurs
date et réactions
16 novembre 2015
Auteur de l'article
Nana Turopathe, 55 articles (Naturopathe)

Nana Turopathe

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
55
nombre de commentaires
2
nombre de votes
11

Naturopathie – La luminothérapie pour garder le moral !

Naturopathie – La luminothérapie pour garder le moral !

Si vous souffrez, comme 3 à 5% des habitants de notre hémisphère, de dépression saisonnière, ou tout simplement si l’hiver est synonyme pour vous de baisse de tonus, de petits coups de blues, de « j’me sens tout mouuuu », voici une excellente idée cadeau, qui de plus vous sera très utile : une lampe de luminothérapie.


Comment ça marche ?

Pour faire simple, à partir d’un aide aminé, le tryptophane, notre corps produit un neurotransmetteur, la sérotonine (surnommée hormone du bien-être) qui joue (entre autres) un rôle dans : la régulation de l’humeur au sens large , de la douleur, du comportement alimentaire, de lalibido, du cycle veille sommeil, de la motilité de l’intestin..

Cette « hormone du bien-être » est également le précurseur d’une autre hormone, la mélatonine, (également surnommée hormone du sommeil ) ; c’est la hausse du taux de mélatonine dans le corps qui indique qu’il est temps d’aller se coucher ! En gros, c’est grâce à la mélatonine que les poules rentrent au poulailler quand le soleil se couche !

 

En hiver, les jours sont courts, et l’exposition lumineuse nettement plus faible, ça vous le savez déjà.
Or, c’est la baisse de l’intensité lumineuse qui permet à la sérotonine de se transformer en mélatonine. Et l’excès de mélatonine dû à la baisse de luminosité va induire une sensation de fatigue récurrente, l’envie de rentrer au poulailler, une baisse de motivation, de libido, des compulsions alimentaires vers les aliments gras ou sucrés (vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous aviez tellement envie de raclette, en janvier, et pas du tout en août, même s’il fait un temps horrible ?). Ces symptômes, présents en moindre mesure chez la plupart, vont, pour certains, se transformer en véritable dépression, avec pulsions boulimiques, hypersomnie etc..
Ils disparaitront d’eux-mêmes dès que la durée d’ensoleillement va augmenter, pour réapparaître l’année suivante dans la plupart des cas.
Ces troubles saisonniers, décrits pour la première fois par le Dr Norman E. Rosenthal, sont soignés en psychiatrie clinique par luminothérapie2 depuis les années 1980. La lumière émise par ces lampes spécifiques est très proche du spectre de la lumière solaire naturelle (hors rayons infrarouges et ultra-violets).

Bien choisir sa lampe

Et depuis une dizaine d’années des lampes de luminothérapie à usage personnel ont fait leur apparition sur le marché. Fortes de leur succès, elles sont devenues plus abordables et faciles à trouver.

Pour bien choisir sa lampe, il faut privilégier les lampes émettant au moins 10 000 lux. Une exposition quotidienne de 30 minutes à proximité de la lampe, de préférence le matin, suffira à maintenir l’équilibre sérotonine / mélatonine, et à éviter tous ces troubles bien désagréables.

Mais n’oubliez pas : rien ne remplace la lumière naturelle du soleil, il est capital, surtout en hiver de faire le « plein » de lumière du jour, en saisissant toutes les occasions de sortir dès que le temps le permet ! La luminothérapie, si efficace qu’elle soit, ne constitue qu’un traitement d’appoint et ne se substitue pas à une bonne hygiène de vie….


 

Nana Turopathe
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Vitamine D