Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Médecines parallèles et risques sectaires
Médecines parallèles et risques sectaires
note des lecteurs
date et réactions
22 septembre 2009 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Réseau CHU, 259 articles (Réseau des CHU)

Réseau CHU

Réseau des CHU
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
259
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Médecines parallèles et risques sectaires

Médecines parallèles et risques sectaires

Face au prosélytisme et à l’opportunisme de certains « gourous » aux pratiques thérapeutiques ou de mieux-être non-conventionnelles, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et ses partenaires (*) co-organisent, le 3 octobre 2009, un colloque sur le thème « Médecines parallèles et risques sectaires ».

Médecines parallèles et risques sectairesMarcel Rufo, Georges Fennec, Pierre Le Coz et Richard Monvoisin sensibiliseront les participants aux mécanismes pseudo-scientifiques utilisés et aux menaces qu’ils représentent. En effet, les conséquences peuvent être douloureuses voire dramatiques si l’on se réfère aux nombreuses victimes qui ont appelé à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et aux témoignages des associations de défense.

Il ne s’agit pas de condamner l’ensemble d’une profession mais de distinguer les « praticiens et acteurs du corps et de l’esprit » aux comportements éthiques et raisonnables de leurs confrères peu scrupuleux. Le Groupe d’Etude des mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu (GEMPPI) a d’ailleurs élaboré la charte des « Praticiens et acteurs du corps et de l’esprit » en 2008. Le GEMPPI tient également le registre des inscrits. Association extérieure et indépendante, le GEMPPI ne peut être accusé de complaisance. La sécurisation des pratiques par cette instance offre aux usagers une garantie de sérieux et évite aux prestataires de services un amalgame avec des professionnels moins consciencieux.

Suite à un premier bilan plutôt positif concernant sa charte, le GEMPPI envisage, en complément, d’encadrer un centre répondant aux attentes des usagers dans les secteurs du mieux être et du développement personnel.

(*) les co-organisateurs
Le GEMPPI - Groupe d’Etude des mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu
L’AP-HM - Assistance publique - Hôpitaux de Marseille
L’EEM - Espace Ethique Méditerranéen
Le CEREM - Centre d’Etude et de Recherche en Ethique Médicale

Programme
09h00-09h05 : Accueil, présentation de la journée par le président du GEMPPI,

09h05-09h15. Introduction par le Directeur de la recherche de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

09h15-10h15 : Point de vue de M. Georges Fenech, président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), président de la commission parlementaire de 2006 relative à l’influence des mouvements sectaires sur les mineurs
Débat avec la salle

10h15-11h00 : Point de vue philosophique avec Pierre Le Coz (Philosophe, Vice président du Comité National d’Ethique) suivi de quelques questions
Débat avec la salle

1100-12h15 : Point de vue psychiatrique du Pr Marcel Rufo (Pédopsychiatre)
Débat avec la salle

12h15-13h00 : Débat et table ronde avec les 3 intervenants du matin
Déjeuner

14h30-15h30 : La médecine quantique et ses dérives. Avec Richard Monvoisin, scientifique, membre de l’Observatoire Zététique
Débat avec la salle

15h30 : Bilan d’une année de fonctionnement de la charte des praticiens et acteurs du corps et de l’esprit. Lancement de conventions renforcées avec un centre de ressourcement et d’une école de psychothérapie à Marseille. Avec Didier Pachoud, président du GEMPPI, Audrey Serou, psychothérapeute et Elisabeth Munro, psychologue professeure de yoga.

Après le bilan de la première année de la charte et du registre des praticiens et acteurs du corps et de l’esprit, consultation des participants pour une réflexion sur les améliorations à y apporter et sur le projet d’accompagner des alternatives aux pratiques de groupes vecteurs de dérives sectaires.

En pratique : Samedi 3 octobre 2009 - Amphithéâtre HA1 de l’hôpital adultes de La Timone - 264, rue St Pierre 13005 Marseille
www.gemppi.org

Participation gratuite dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire au GEMPPI Tel/fax : 04 91 08 72 22 – Portable : 06 76 01 94 95
gemppi@wanadoo.fr

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par Jean-Luc Martin-Lagardette (IP:xxx.xx0.107.122) le 23 septembre 2009 a 09H09
Jean-Luc Martin-Lagardette, 33 articles (Journaliste)

Si je suis bien d’accord qu’il faut être vigilant sur la qualité des démarches "parallèles" proposées, je suis en revanche très dubitatif sur l’ampleur du dommage causé. Je soupçonne la Miviludes de gonfler artificiellement la réalité du risque pour justifier son existence et ses campagnes de lutte contre les approches différences. Elle n’a jamais publié de statistiques précises sur le nombre effectif des victimes, ni d’analyses sociologiques sur ces personnes. Quand elle dit : "les conséquences peuvent être douloureuses voire dramatiques si l’on se réfère aux nombreuses victimes qui ont appelé [la Miviludes]", il faut la croire sur parole car elle n’a jamais apporté la preuve de l’importance du danger. Je ne nie pas qu’il y ait ici ou là des dérapages, mais la réalité est loin d’être ce qu’affirme cette instance. Quand une audition parlementaire est effectuée pour étudier le problème de ces risques sur les enfants, par exemple, toutes les administrations témoignent solennellement du nombre infime de cas préoccupants. Autre exemple, face au Dr Guéniot, malgré le fait que la justice ait entièrement blanchi cet homéopathe, la Miviludes, pour éviter de reconnaître qu’elle a fait erreur en le poursuivant de son opprobre, continue impunément à le salir. Il est inquiétant de voir qu’un tel pouvoir est exercé en tout arbitraire et sans le contrôle de la presse (qui la soutient aveuglément car la "lutte contre les sectes" est devenue une "bonne cause" à l’instar de la lutte contre le changement climatique). A la place de cette politique d’incitation à la haine et de condamnations sans enquête de terrain ni jugement contradictoire, les Français seraient plus rassurés s’il existait une instance impartiale, composée de spécialistes de tous bords, et surtout désireuse de comprendre et d’aider à une meilleure sécurité sanitaire en intégrant et en encadrant ces démarches différentes plutôt qu’en les diabolisant sans connaître vraiment ni écouter ceux qui les proposent...

1 vote
par Guirec Monier (IP:xxx.xx2.159.160) le 1er octobre 2009 a 21H26
Guirec Monier (Visiteur)

Qu’entendre par "praticiens et acteurs du corps et de l’esprit" ? Le marketing, la télévision, sont-ils des praticiens de l’esprit ? Le consumérisme, de masse, c’est au corps et à l’esprit de l’humanité et aussi au corps de la terre qu’il s’attaque, non ? Qu’est-ce qui est le plus dangereux aujourd’hui ? Le GEMPPI demandera-t-il des comptes à l’industrie pharmaceutique ? A lire cette charte, il le faudrait, pour être cohérent, je le lui recommande. Pourquoi ferais-je à priori plus confiance à un généraliste qui consulte son ordinateur qu’à un autre généraliste qui me pose des questions inhabituelles ? Entre celui qui me culpabilise et celui qui me responsabilise ? Entre celui qui va me visser l’os et celui qui m’apprend à me passer d’un plâtre ? Le GEMPPI est une agence de renseignement, bravo ! Une sorte de Stasi ! Ex-stasi, voilà GEMPPI ! S’il vous plait, laissez moi rire. J’espère que ce groupe d’étude saura se préserver lui-même de toute dérive sectaire dans l’interprétation du concept de "prévention de l’individu". Et qu’il saura aussi, et courageusement, s’attaquer à plus fort que lui.

Cordialement

0 vote
par Enfantenpéril (IP:xxx.xx7.158.96) le 28 octobre 2009 a 05H38
Enfantenpéril (Visiteur)

@M. Martin Lagardette OUI il y a de réelles familles déchirées par fautes de thérapeutes ou thérapies déviants, des parents affectés, des enfants touchés et des crimes parfois comme pour la kinésiologie condamnée pour la mort d’un bébé, le petit Keryan, votre complaisance serait elle de la complicité ? La façon que vous avez de jetter le doute sur les abus et crimes commis est revelatrice. B-)

3 votes
par Baudouin Labrique (IP:xxx.xx7.0.77) le 9 octobre 2010 a 12H09
Baudouin Labrique (Visiteur)

Je suis bien d’accord avec l’analyse (pertinente) de M. Martin Lagardette mais j’ajoute que cette chasse aux sorcières contre tout ce qui n’est pas conventionnel (terminologie adoptée au parlement européen) permet d’occulter les dérives propres au secteur conventionnel et qui est ahurissant par rapport à la manière dont sont trop souvent traités les patients (humainement et psychologiquement).

Analogiquement, on a vu ce qu’a « permis » cette focalisation abusive sur ce qui est catalogué « secte » depuis les affaires du Temple Solaire (Suisse) : occulter les dizaines de milliers de cas de pédophilie au sein de l’Eglise Catholique Romaine !

Je viens de terminer le manuscrit d’un livre "Quand les thérapeutes dérapent" à paraître fin janvier prochain et qui présentera le paysage thérapeutique mais sans privilégier un secteur plutôt qu’un autre. Détails sur : www.derapeutes.eu

2 votes
(IP:xxx.xx5.235.40) le 2 novembre 2010 a 22H01
 (Visiteur)

Quelle honte de voir des médecins s’enrichir avec leur soit disant médecine holistique, quantique et autre pseudo sciences, comme si ils avaient besoin de ça, ils savent bien qu’elles n’ont pas plus d’effet qu’un placebo, et tout ça sur le dos de la sécurité sociale. Si les patients en sont friands c’est parce qu’ils ne croient plus en rien, tout le monde veut avoir son propre remède, plus efficace que celui du voisin, ou tout simplement, parce que lorsqu’on habite dans une petite ville on a pas forcément le choix du praticien, et on va voir le seul spécialiste en libéral, et même si c’est un savant de medjugorje, en connaissance de cause ou pas. Ce qui est grave, bien plus que les dérives sectaires, pire que le trou dans le porte monnaie, pire que le trou de la sécurité sociale, pire que l’humiliation du patient qui est pris pour un con, c’est que bien souvent des diagnostics sur des maladies graves ne sont pas posés ou poser trop tard car ces médecins finissent par croire à leurs ...

0 vote
(IP:xxx.xx6.225.19) le 21 janvier 2011 a 20H20
 (Visiteur)

Merci pour cet exposé, mais il ne me convainc pas. Les Georges Fench et associés de la Miviludes, du GEMPPI et autres qui se font passer pour des autorités en la matière, ce qu’ils font, ce n’est pas de la protection des individus contre des abus (réels ou imaginaires), c’est une intrusion dans ce qui est le plus cher à l’homme : sa liberté de penser, de croire, de choix. Et leurs actions se résument à des actions de police de la pensée unique, ce qu’ils sont dans les faits.

Le Dr Benjamin Rush, médecin de George Washington et signataire de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776, avait prévenu : "À moins que nous n’incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, la médecine installera un jour une dictature que nous sommes incapables de concevoir pour le moment." http://vegane.blogspot.com/2009/03/... Il semble que cette dictature soit en bonne voie de se réaliser.

2 votes
par Baudouin Labrique (IP:xxx.xx7.164.251) le 12 mars 2011 a 11H34
Baudouin Labrique (Visiteur)

Le message précédent met en avant la "lliberté thérapeutique" comme devant être la solution requise.

Il est pourtant inconcevable qu’au nom de cette liberté, certaines approches comme la "Germanique Nouvelle Médecine" de Hamer et celle qui en découle directement la "Biologie Totale" de Sabbah dont les principes sont dogmatiques et les applications iatrogéniques voire nuisibles (détournement des soins conventionnels...) seraient alors autorisées : c’est inadmissible !