Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les toilettes sèches : des toilettes écolo sophistiquées
Les toilettes sèches : des toilettes écolo sophistiquées
note des lecteurs
date et réactions
12 janvier 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
brunetisa, 73 articles (Auteur Web)

brunetisa

Auteur Web
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
73
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les toilettes sèches : des toilettes écolo sophistiquées

Les toilettes sèches : des toilettes écolo sophistiquées

Les toilettes sèches sont très tendance. On en parle de plus en plus… la plupart du temps pour s’en moquer d’ailleurs. Mais, c’est un concept qui mérite réflexion, d’autant plus qu’elles se modernisent chaque jour davantage. Alors, à quand les toilettes sèches dans tous les foyers ?

J’ai déjà pratiqué ! J’ai déjà utilisé des toilettes sèches, tout à fait banales, voire rudimentaires : un seau, un coffre en bois avec un trou au milieu et un dessus de toilettes, le tout accompagné d’un autre seau rempli de sciure. Hé bien, cela ne m’a pas déplu du tout. Je n’ai pas trouvé ça bizarre ou impraticable. Les personnes qui m’accompagnaient, un peu moins écolo que moi, n’ont rien trouvé à en redire non plus. Il faut dire que cet usage n’a été qu’occasionnel. Je ne suis pas certaine qu’à long terme, ce soit pareil…

Le concept

Les toilettes sèches sont, comme leur nom l’indique, des toilettes qui n’utilisent pas d’eau, donc pas de chasse d’eau ce qui laisse envisager des économies importantes.

Le principe de base est simple : vous faites vos besoins dans de la sciure placée dans un seau, sciure que vous pouvez acheter ou récupérer. A chaque fois que vous évacuez votre trop-plein, vous devez mettre de la sciure dessus. Au bout d’un moment, vous serez amené à vider le seau qui vous sert de réceptacle. Dans ce cas-là, il vaut mieux que vous habitiez une maison pour pouvoir mettre ces déchets qui serviront de compost dans votre composteur ou dans votre jardin.

C’est précisément le vidage du réceptacle qui semble poser problème à bon nombre de personnes. Celles qui ont un petit cœur ne se sentent pas aptes à aller vider leur seau. Elles ont d’abord peur de l’odeur qui pourrait s’en dégager. Puis, le côté visuel les rebute encore plus. Pour ce qui est du premier point, l’odeur, elles n’ont rien à craindre. Les toilettes sèches ne sentent pas, à condition de mettre suffisamment de sciure. Pour ce qui est du côté visuel, je pense que l’on doit finir par s’habituer. Et, encore une fois, si la sciure est suffisante, vous ne devriez pas voir des horreurs en vidant votre seau. Toutefois, vous ne devriez plus craindre ces désagréments puisque depuis quelque temps, les toilettes sèches ont beaucoup évoluées.

Un concept qui a beaucoup évolué

Depuis quelques temps, les toilettes sèches ne se composent plus d’un simple seau rempli de sciure. Elles ont beaucoup évolué. Certaines sont en carton recyclable, d’autres ressemblent même à de véritables toilettes. Vous n’avez plus à les fabriquer vous-même. D’ailleurs, c’est préférable puisque la législation française autorise, depuis le décret du 7 septembre 2009, les toilettes sèches dans les maisons individuelles sans tout à l’égout, à condition qu’elles soient munies d’un système qui sépare l’urine des matières fécales. Ainsi, le liquide part dans le circuit d’assainissement classique et le solide est utilisé comme compost. Le traitement des urines s’avère nécessaire du fait de leur contamination en médicaments et autres résidus en tout genre. Rejetées directement de la nature, elles ne feraient qu’augmenter la pollution. Malheureusement, le décret impose également que les matières soient vidées sur une « aire étanche ». Or, tout le monde sait que le bon compostage ne se fait que sur le sol même ! On a donc des progrès à faire en France…

Pourquoi ne pas opter pour des toilettes sèches sans sciure ? Elles existent déjà, notamment, en Allemagne et en Suisse, dans des logements collectifs par exemple. Elles sont beaucoup plus élaborées et demandent une installation plus conséquente. Vos matières sont séparées et envoyées directement dans des genres de composteurs, installés dans des cuves, dans des caves où les lombrics exercent leur activité favorite : manger. Au bout de quelques mois, vous récoltez ainsi votre compost et vous pouvez l’épandre dans votre jardin.

Si les toilettes sèches vous tentent, essayez-les d’abord.

Il se pourrait que vous puissiez en rencontrer dorénavant un peu partout puisqu’il est possible de les louer. Lors de grands évènements, de spectacles, vous aurez peut-être l’occasion d’en faire l’expérience.

Et, si cela vous tente chez vous, renseignez-vous bien avant. La législation évolue rapidement. Prenez aussi la peine de bien étudier les différents types d’installation possible pour qu’elles ne vous causent pas plus d’inconvénients que d’avantages.

Brunet Isabelle http://www.katisa-editions.com Ebooks et articles gratuits sur le développement personnel, le business et la santé au naturel
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx4.52.49) le 13 janvier 2011 a 19H00
 (Visiteur)

Les toilettes sèches à base de sciures sont probablement une solution locale, mais inapplicable sur un plan urbain, encore moins national : les forêts françaises n’y suffiraient pas... une gestion de la récupérations des eaux par maison ou immeubles semble plus efficace et moins complexe à gérer du point de vue de l’hygiène publique.

0 vote
par Charline (IP:xxx.xx0.111.132) le 14 janvier 2011 a 09H24
Charline (Visiteur)

Il y a dans cet article beaucoup d’erreurs... vous écrivez : " la législation française autorise, depuis le décret du 7 septembre 2009, les toilettes sèches dans les maisons individuelles sans tout à l’égout, à condition qu’elles soient munies d’un système qui sépare l’urine des matières fécales.". RELISEZ l’article et vous verrez qu’il est écrit :Les toilettes sèches sont mises en œuvre soit pour traiter en commun les urines et les fèces[...] soit pour traiter les fèces par séchage. Dans ce cas, les urines doivent rejoindre la filière de traitement prévue pour les eaux ménagères." Par ailleurs dire que le traitement et l’hygénisation des urines ne peut se faire que par voie aquatique est aussi une erreur. le compostage commun des urines et des matières fécales est aussi une solution de traitement (décrite par le ministère dans son arrêté). Les urines peuvent aussi être utilisée en agriculture comme c’est déjà le cas en Suède... Pour plus d’info visitez le site du réseau de l’assainissement écologique :www.rae-intestinale.org et n’hésitez pas a contacter les structures membres du réseau.

Charline Marcos association Pierre et terre