Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les plombages reconnus toxiques aux Etats-Unis ?
Les plombages reconnus toxiques aux Etats-Unis ?
note des lecteurs
date et réactions
28 juillet 2008 | 8 commentaires
Auteur de l'article
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Estelle Vereeck

Dentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
26
nombre de commentaires
66
nombre de votes
2

Les plombages reconnus toxiques aux Etats-Unis ?

Les plombages reconnus toxiques aux Etats-Unis ?

La FDA (Food and Drug Administration)s’interroge sur la sécurité sanitaire des plombages contenant du mercure et sur la possibilité d’utiliser des matériaux alternatifs réputés moins toxiques.

Composé majoritairement de mercure, l’amalgame dentaire ou plombage, continue de faire débat. Tandis qu’un comité scientifique européen le déclarait en début d’année parfaitement sécure et inoffensif, dans un article publié sur son site le 3 juin 2008*, la FDA (Food and Drug Administration) s’interroge à son tour sur la sécurité sanitaire de ce matériau. Mais de l’autre côté de l’Atlantique, le son de cloche n’est désormais plus tout à fait le même.

Changement de ton

Les habituels propos rassurants sur l’absence de toxicité de l’amalgame dentaire cèdent aujourd’hui la place à la déclaration suivante : "L’amalgame dentaire contient du mercure qui a des effets neurotoxiques sur le système nerveux des enfants en croissance et les foetus". Il est en outre mentionné que l’amalgame libère des vapeurs de mercure quand il est placé dans les dents ou déposé de celles-ci. "Les vapeurs de mercure sont également libérées durant la mastication" précise l’article. Pour mémoire, le rapport du comité scientifique européen ne mentionne pas la mastication comme source de libération mercurielle.

Place aux matériaux alternatifs

Autre différence notoire, alors que le comité européen se livre à une critique en règle des matériaux alternatifs à l’amalgame dentaire, la FDA s’interroge concrètement sur la possibilité de recourir aux matériaux de remplacement afin de réduire l’exposition au mercure des patients et des professionnels de santé. La FDA prévoit de mettre en œuvre d’un programme destiné à évaluer les différences de coût et de remboursement entre l’amalgame et les matériaux alternatifs (composites, autres métaux, céramiques, etc.). La FDA va donc beaucoup plus loin que le comité scientifique européen qui continue d’ériger l’amalgame en matériau de choix. La FDA envisage concrètement de recourir dans un avenir proche aux matériaux alternatifs de biocompatibilité supérieure afin, au minimum, de protéger les personnes les plus exposées à une intoxication mercurielle.

Restrictions d’utilisation

En effet, autre changement majeur, la FDA reconnaît l’existence de "sous-populations sensibles composées d’individus qui répondent biologiquement à des niveaux plus bas d’exposition au mercure que la population générale". Ces populations plus fragiles, car potentiellement plus sensibles à l’intoxication par le mercure, sont : les enfants de moins de six ans, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes hypersensibles ou dont l’immunité est atteinte. La FDA envisage d’éditer en juillet 2009 des recommandations spéciales visant à restreindre l’utilisation de l’amalgame dentaire chez ces personnes particulièrement exposées au risque d’intoxication chronique par le mercure.

Revirement spectaculaire

La reconnaissance du mercure dentaire comme une substance potentiellement dangereuse est un revirement sans précédent dans un pays où l’American Dental Association, instance dentaire officielle, défend l’amalgame depuis 1859. Ainsi, outre atlantique, le sempiternel discours sur la sécurité de l’amalgame dentaire est en train de laisser place à une reconnaissance des risques liés à l’emploi de ce poison. Le fait que la FDA oriente son action vers le financement et le remboursement de matériaux alternatifs à l’amalgame est une reconnaissance explicite de la toxicité de celui-ci. Est-ce un premier pas vers l’interdiction de l’amalgame dentaire aux États-Unis ?

* Article publié sur le site de la FDA :
http://www.fda.gov/cdrh/consumer/am...


Rappel de quelques faits à mettre en perspective avec la déclaration de la FDA

D’après un rapport paru en décembre 2007 (Dental Products Report), 57% des dentistes américains poseraient des amalgames dentaires mais la plupart reconnaitraient en utiliser moins aujourd’hui qu’il y a trois ans.

Depuis 2002, la FDA a classé l’amalgame dentaire dans les dispositifs médicaux de classe II exigeant des contrôles spéciaux. Elle doit émettre de nouvelles règles en juillet 2009 avec de possibles restrictions d’utilisation.

En Europe, le Danemark et la Suède ont interdit l’amalgame dentaire, officiellement pour des raisons écologiques. Voisine du nord de l’Europe mais n’appartenant pas à l’Union européenne, la Norvège l’a banni également début 2008. Le comité scientifique mandaté par Bruxelles pour évaluer les risques sanitaires émergents ne s’est pas prononcé sur la nécessité de restreindre son emploi chez les femmes enceintes.

125 tonnes de mercure sont posées chaque année dans la bouche des européens.

Substance la plus toxique et la plus polluante après les produits radioactifs, il y a de fortes présomptions que le mercure soit impliqué dans de nombreuses maladies : autisme, stérilité, dépression, fibromyalgie, ainsi que dans des maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkingson ou la maladie d’Alzheimer.

Aucune instance officielle ne reconnaît pour le moment l’amalgame dentaire comme facteur déclenchant ou aggravant de ces maladies. Il reste donc beaucoup de chemin à faire.


Attention, la dépose des amalgames est un acte à risques qui exige des précautions spécifiques et ne doit pas se faire chez la femme enceinte ou qui allaite. Pour plus de détails, voir la rubrique Plombage-dépose du Pratikadent
Estelle Vereeck, auteur d'ouvrages grand public sur la dentisterie holistique
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
10 votes
par alberto (IP:xxx.xx8.9.221) le 28 juillet 2008 a 13H51
alberto (Visiteur)

Merci, Estelle, d’en remettre un couche au sujet de ce mercure dont la nocivité ne semble pas émouvoir nos "Agences" de protections sanitaires, ni la majorité des praticiens...

D’autant que ce produit vieilli mal se fissure et qu’il n’est pas rare voir des caries prospérer sous le "plombage" !

Mais dans ce pays les habitudes acquises deviennent dogmes et il semble que seules les catastrophes (y compris sanitaires) parviennent à dessiller les yeux des gardiens des dogmes...

Bien à vous.

0 vote
par ujtxj77 (IP:xxx.xx2.237.60) le 13 décembre 2014 a 04H45
ujtxj77 (Visiteur)

vous chassez vous étonnez 123pneun


pneu moto kyoto


pneumatique kormoran jante wsp Ni ce vous achetez pneu dayton des jante mavic vous changez garage midas Comment les pneumatique vredestein
6 votes
par denis (IP:xxx.xx6.141.70) le 28 juillet 2008 a 14H43
denis (Visiteur)

sous prétexte de sécurité social on nous ment continuellement au niveau de la santé ... la mafia médicale se sert et gonfle ces compte bancaire en suisse pendant ce temps les français se ruinent la santé @ cout de somnifères ! y’en @ vraiment marre de cet ordre des médecins qui se croit au dessus de tout car il n’a pas de garde fou ... j’en appel @ la fin de cet ordre qui je rappel @ été créer sous pétain avec l’ordonnance de 1941 !

ps : contamination hépatite C chez le dentiste vous y pensez !

2 votes
par Zevengeur (IP:xxx.xx8.79.206) le 29 juillet 2008 a 00H26
Zevengeur (Visiteur)

il serait temps que les choses bougent dans le monde, ce sujet est extrêmement bien développé dans le livre de Françoise Cambayrac "Vérités sur les maladies émergentes" http://www.contaminations-chimiques...

C’est un des plus énormes scandales encore non révélés...

3 votes
par Annette Clark (IP:xxx.xx5.226.68) le 29 juillet 2008 a 10H46
Annette Clark (Visiteur)

Le livre d’Estelle Vereeck qui est dentiste, le Pratikadent, est extrêmement bien fait. Il donne des clés pour déposer les plombages sans risques et surtout il dit quoi mettre à la place : http://www.editionsluigicastelli.co...

Personnellement, ça m’a permis de faire les bons choix et évité une grosse bêtise. En plus, on en apprend tellement sur la toxicité de tous les matériaux qu’on place dans notre bouche à notre insu.

2 votes
par Le kazakh (IP:xxx.xx6.30.182) le 29 juillet 2008 a 12H27
1 vote
par pedro (IP:xxx.xx0.116.206) le 30 juillet 2008 a 00H17
pedro (Visiteur)

Cet article me parait extrêmement biaisé étant donné qu’il est écrit par quelqu’un qui est visiblement partie prenante.

Je ne crois pas que quelqu’un qui pratique "la dentisterie holistique" qui mélange stomatologie et psychologie (comme on peut le lire sur http://www.editionsluigicastelli.co... "Retirer le plombage, c’est libérer, consciemment ou inconsciemment, un contenu souffrant." ) puisse être un référent suffisamment neutre en terme de santé publique.

1 vote
par Jean-François G. (IP:xxx.xx3.40.206) le 30 juillet 2008 a 10H37
Jean-François G. (Visiteur)

Cher Pédro, je ne crois pas que ceci soit vraiment la question. Il ne s’agit pas ici d’un article d’opinion mais d’un article rapportant des faits. Cet article, au demeurant fort bien rédigé, a été écrit à partir des informations présentes sur le site de la FDA, accessibles à toute personne lisant l’anglais : http://www.fda.gov/cdrh/consumer/am...

Si ce n’est pas ton cas, je puis t’affirmer que l’article d’Estelle Vereeck est parfaitement objectif.

Les opinions d’Estelle Vereeck concernant la dentisterie holistique qui inclut logiquement la psychologie (elle n’est pas seule à le dire), sont hors sujet dans le présent débat.

Le mercure dentaire est un puissant toxique, aujourd’hui reconnu comme tel aux États-Unis. C’est un fait. Point barre.

Et à titre personnel je m’en réjouis.