Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les plantes dépolluantes : mens sana et corpore sano
Les plantes dépolluantes : mens sana et corpore sano
note des lecteurs
date et réactions
20 septembre 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Carole Imbert, 16 articles (Harmonisatrice d'Intérieur)

Carole Imbert

Harmonisatrice d'Intérieur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Les plantes dépolluantes : mens sana et corpore sano

Les plantes dépolluantes : mens sana et corpore sano

Les 12 mètres³ que nous respirons par jour proviennent d’espaces clos (comme la maison) où nous passons 80% de notre temps.

Ils sont manifestement plus pollués que la plupart des rues de nos villes. Une telle pollution peut entraîner des migraines, des nausées, des vertiges. Il a même été prouvé que certaines dépressions découlaient de l’inhalation sur du long terme du monoxyde de carbone.

Il est donc essentiel que j’attire votre attention sur l’utilité de respirer sain et donc que je vous conseille pour cela de vous tourner vers nos alliées que sont les plantes vertes !

Actuellement, nous savons que certains composants chimiques présents dans les matériaux utilisés dans le domaine du bâtiment et de la construction émettent des polluants dans l’air.

Il en existe dans les peintures, les colles, les vernis et les produits de traitement du bois, les produits d’entretien ménager.

Parmi les aérocontaminants ou polluants de l’air, il existe les COV, les composés organiques volatiles, invisibles mais très présents dans les maisons, dans de nombreuses pièces de la maison sous diverses formes.

Parmi les plantes qui présentent le spectre d’efficacités le plus important figure le spathiphyllum qui est « bon » pour à peu près tout et donc absolument dans toutes les pièces. En plus du spathiphyllum, voici pièce par pièce la liste des plantes que je vous suggère.

Pour la cuisine : Pour absorber tout ce qui est émis par les appareils électriques, pensez au Cereus Peruvianus. C’est un petit cactus. Comme vos lectures Feng Shui vous auront certainement menée à des pages sur les cactus Monique, je me dois de préciser que je les utilise ici en toute connaissance de cause. Ce cactus est peu piquant donc tout à fait envisageable dans votre cuisine. Il a besoin de beaucoup de lux. Placez le près d’une fenêtre.

Pour le salon : Le pothos et le chlorophytum absorbent le monoxyde de carbone. Pour (ou contre) les fumées de cigarettes, pensez au Dracaena, au ficus, au philondendron et au poinsettia

Pour le bureau : Au plus près de la lumière, je vous conseille l’antharium.

Pour la chambre à coucher : Si la meilleure lutte contre les COV provient de l’aération des pièces (sachez même si cela peut paraître surprenant que l’extérieur est souvent moins pollué que nos intérieurs), vous pouvez tout à fait faire entrer des plantes vertes dans les chambres à coucher contrairement aux idées reçues. La fougère, le gerbera, le dracaena, le lierre.

Pour un atelier : Le lierre, le cyclamen, le pothos, le gerbera, l’aréca, le chlorophytum.

Si vous souhaitez vous pencher davantage sur la question et connaître plus précisément le nom de toutes les plantes possibles, sachez que je tire les éléments de cette partie d’un excellent ouvrage, très complet et très pratique « les plantes dépolluantes » que vous trouverez sur mon site internet et dont vous pouvez passer commande directement.

Carole Imbert - Harmonisatrice d'Intérieur

SOURCES

  • Cabinet HarmoniZen
    www.harmonizen.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par alaincolignon (IP:xxx.xx8.199.214) le 21 septembre 2011 a 15H37
alaincolignon (Visiteur)

Mens sana in corpore sano ou Mens sana in corpus sanum... Mais et corpore Sano ne veut pas dire grand chose, cher auteur. Il vaut mieux parler les langues que l’on maîtrise...

1 vote
par Joker (IP:xxx.xx1.253.17) le 21 septembre 2011 a 15H37
Joker (Visiteur)

Article promotionnel. Des études publiées dans des revues de vulgarisation indiquent qu’il faudrait remplir toute la maison pour un commencement de semblant de diminution de pollution...

Le plus simple aérer copieusement son habitation, tous les jours... et marcher ; marcher...marcher...marcher, si possible en pleine nature.