Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le manque de sommeil chronique est dangereux
Le manque de sommeil chronique est dangereux
note des lecteurs
date et réactions
26 janvier 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 601 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
601
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Le manque de sommeil chronique est dangereux

Le manque de sommeil chronique est dangereux

Des chercheurs américains ont dressé un constat inquiétant pour les personnes souffrant d’un manque de sommeil chronique.

Les scientifiques oeuvrant au Brigham et Women’s Hospital sont formels : une bonne nuit de sommeil ne compense pas totalement l’accumulation d’un manque de sommeil étalé sur plusieurs semaines. Neuf volontaires en parfait état de santé ont été conviés à vivre aux rythme d’un calendrier s’étalant sur trois semaines et indiquant 43 périodes d’une heure chacune. Les neuf personnes devaient rester en éveil durant 33 de ces périodes d’une heure. Selon ce schéma, l’expérience accordait aux participants 5,6 heures de sommeil par tranche de 24 heures. Par la suite, les chercheurs ont observé les réactions des tâches cognitives des neuf personnes, touchées par une perte chronique de sommeil et par une perturbation des rythmes circadiens.

L’étude a mis en lumière une forme et une performance satisfaisante des sujets au bout d’une nuit de 10 heures de sommeil d’affilée. Au bout de chacune des 33 heures d’éveil, cependant, la performance des sujets s’est considérablement dégradée : les symptômes de manque de sommeil ont rapidement fait surface. Un individu victime de pertes de sommeil chroniques et qui prolonge son travail jusqu’aux heures de la nuit peut, face à certaines situations, réagir 10 fois plus lentement que d’ordinaire, ce qui augmente considérablement les risques d’accidents et d’erreurs. L’étude, publiée dans la revue Science Translational Medicine, a pu démontrer avec plus de précision que le manque de sommeil chronique ralentit davantage le temps de réaction de l’Homme, les rythmes circadiens de l’organisme étant déjà à leur plus bas niveau en temps normal en fin de nuit ou aux premières heures de la matinée.

En revanche, durant les périodes de performance élevée du rythme circadien -dans l’après-midi et en début de soirée- le temps de réaction reste normal, en dépit du manque de sommeil. Daniel Cohen, un des responsables de l’étude déplore ainsi que « beaucoup de personnes ont un faux sentiment de réconfort en pensant à tort se remettre d’une longue période de manque de sommeil chronique en dormant largement durant une nuit ou deux ». En conclusion, l’étude insiste sur le fait que les personnes ayant des horaires de travail irréguliers, et notamment de nuit, doivent faire face à un véritable obstacle pour accomplir leur travail de manière productive et dans de bonnes conditions de sécurité.

Illustration : Alejandro Gonzalez
 

Source : Los Angeles Times, Huliq, USA Today, Asiaone Health


La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sommeil Accident
Commentaires
0 vote
par Docteur David Vincent (IP:xxx.xx0.17.56) le 3 février 2010 a 08H25
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Et que fait-on quand on a un magnifique petit bout qui a faim la nuit et que l’on doit assurer ses consultations le lendemain ? On ne parle pas de la fatique des "jeunes" parents qui est une réalité. Tant pis, on baille toute la journée et on fait avec ! :)