Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La réflexologie n’est pas une "autre médecine" : "c’est autre chose !".
La réflexologie n'est pas une "autre médecine" : "c'est autre chose !".
note des lecteurs
date et réactions
15 mars 2010 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Christophe Le Bec, 6 articles (Reflexologue)

Christophe Le Bec

Reflexologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
6
nombre de commentaires
16
nombre de votes
6

La réflexologie n’est pas une "autre médecine" : "c’est autre chose !".

La réflexologie n'est pas une "autre médecine" : "c'est autre chose !".

Cette affirmation n’est pas une posture pour éviter toute controverse avec le milieu médical. C’est juste l’expression d’une réalité. Réflexologie et médecine ne poursuivent pas les mêmes buts.

La pathologie, les lésions organiques, demeurent la chasse gardée de la médecine. Et c'est très bien ainsi.
La médecine allopathique est bien souvent interventionniste et symptomatique. Pour la médecine, mais aussi pour les patients qui y ont recours en priorité, la santé, c'est avant tout l'absence de maladie. Pour simplifier un peu, le corps est un peu ressenti comme une machine complexe, très belle peut-être, mais souvent soupçonnée (j'ai moi-même très longtemps pensé ainsi) d'être plutôt capricieuse, voire "archaïque" ; et donc à surveiller de près ! Le médicament est alors vécu comme "mieux", "plus moderne" donc "plus fort", "plus intelligent" (quelle drôle d'idée !) que notre machine vieille corporelle plusieurs fois millénaire.
 
La médecine est une science incroyable, capable de faire des miracles quand il s'agit de sauver des vies.
La prise du médicament exonère trop facilement l'individu, et à bon compte, de sa responsabilité personnelle dans l'approche de son équilibre vital.
 
Ma pratique de la réflexologie me positionne du côté du corps, à son écoute.
Personnellement, je m'attache à une définition de la santé qui traduit bien la différence qui s'établit entre médecine et réflexologie. Ce qui définit la santé, la bonne santé, c'est l'état de bien-être. Le distinguo pourrait apparaître purement linguistique, mais il m'apparaît fondamental. Il n'est pas question pour un réflexologue digne de ce nom de soigner des maladies. Je ne porte aucun diagnostique (j'en suis tout simplement incapable !), je ne traite pas une lombalgie ou une cystite, même si pour désigner certains troubles il m'arrive d'employer ces termes avec mes "clients" quand ils ont été diagnostiqués par un médecin. Mon travaille consiste à inciter le corps à travailler plus en harmonie.
 
Le corps est physiologiquement programmé pour se "réparer" tout seul en cas de trouble fonctionnel (c'est dire s'il est ultra moderne !). A l'aide de Techniques de Stimulation Périphérique (TSP), je m'emploie à aider l'organisme à mieux réguler ses forces et ses faiblesses, réveiller les zones qui ne travaillent pas assez et calmer celles qui travaillent trop. Qu'il s'agisse d'une fibromyalgie, d'arthrite ou d'une simple douleur passagère, m'importe peu en réalité.
Je cherche à comprendre le terrain de la personne, à faire circuler l'énergie, à réguler la réaction au stress, à favoriser le relâchement et le lâcher prise, à écouter ce que me "dit" ce pied et ce client, et ainsi permettre au corps de travailler en meilleure harmonie.
 
Non, la pratique de la réflexologie ne rentre pas en concurrence avec la médecine moderne. La réflexologie entretient la bonne santé, comme le Chi Quong, le Reiki... C'est même un allié de choix pour cette médecine allopathique de combat. Je pense aux maladies difficiles à supporter, que ce soit le cancer, la fibromyalgie, les maladies auto-immunes, la sclérose en plaques ou la réflexologie peut aider les patients à écouter leur corps, à s'écouter eux-même, à prendre physiquement conscience de leurs douleurs. Prendre du temps pour se relâcher, pour écouter ce que ce corps a à leur dire est une démarche salutaire. (cancérologie, transplantations, maladies orphelines, diabète, etc, etc, etc...), mais il me semble parfois qu'on lui en demande beaucoup trop. Un simple rhume qui ne mériterait que le repos comme traitement, un transit parfois trop lent, une tendance aux jambes lourdes le soir, un sommeil qui tarde à venir, des douleurs musculaires après un week-end de bricolage : le médicament, pour beaucoup de patients, est LA solution quelque soit la nature du problème !
Christophe Le Bec Troadec
Soins énergétiques - Réflexologie - Access Bars

www.reflex-vital.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Polémiques & Débats
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx9.166.26) le 19 septembre 2011 a 17H12
 (Visiteur)

Merci pour cette clarification ! En effet, le corps médical et les autorités ont bien du mal à comprendre quelle place donner à ce type de pratiques qui semblent parfois fantaisistes. La complémentarité doit donc être l’élément central à retenir. Mon site : http://www.naturopathe-iridologue.info

0 vote
par Christophe Le Bec Troadec (IP:xxx.xx7.54.44) le 21 décembre 2011 a 21H34
Christophe Le Bec, 6 articles (Reflexologue)

Nous sommes d’accord.