Accueil du site
> Santé Naturelle > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’eau du robinet : pas très claire pour les malades du cancer
L'eau du robinet : pas très claire pour les malades du cancer
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
24 juin 2009 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Lesmotsontunsens, 35 articles (Rédacteur)

Lesmotsontunsens

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
35
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’eau du robinet : pas très claire pour les malades du cancer

L'eau du robinet : pas très claire pour les malades du cancer

Pesticides, nitrates, métaux lourds, médicaments... Le WWF et David Servan-Schreiber viennent de lancer une campagne pour alerter sur les impacts de la consommation d’eau du robinet. Les malades du cancer sont les principaux concernés.

Une centaine d’articles scientifiques passés en revue, 40 experts interrogés et 20 spécialistes cosignataires, dont Luc Montagnier, récent prix Nobel de médecine : le WWF et David Servan-Schreiber lancent une campagne résumée en une phrase, lâchée dans une interview au Parisien : "lorsqu’on a une santé fragile et que l’on vit dans une région où l’eau du robinet dépasse régulièrement les normes acceptables en termes de nitrates et de pesticides, le mieux est de ne pas boire l’eau du robinet, surtout si l’on a un cancer". Cette opinion est rejetée par un certain nombre de scientifiques.
 
En cause, les pesticides, les nitrates et les médicaments qui polluent nos rivières et nos captages d’eau potable. La campagne se base sur des études récentes, qui mettent en évidence divers effets néfastes sur la santé. Suffisant, selon Servan-Schreiber, pour alerter les malades du cancer. Voir le communiqué.
 
Hasard ou coïncidence, Arte TV a diffusé, vendredi dernier, un reportage édifiant sur le cycle aquatique des médicaments : Anxiolytiques, antibiotiques, contraceptifs... consommés à grande échelle en France, les médicaments sont éliminés dans les urines, qui partent dans les égouts. Or, les stations d’épuration ne les filtrent pas. Résultat : les molécules se propagent dans les rivières, au grand régal des poissons dont certaines espèces sont aujourd’hui menacées. Un peu plus loin, des captages y puisent aussi... l’eau du robinet. La boucle est bouclée. Voir le reportage "rivières de médicaments" sur le site d’Arte.
 
(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")
 
Napakatbra
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Risques Cancer Eau
Commentaires
2 votes
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 29 juin 2009 a 19H45
Pierrot (Visiteur)

Article très dangereux contre la santé.

En réalité l’eau distribuée au robinet est saine dans plus de 99,5 % des usines de traitements. Dans les très rares cas où ce n’est pas le cas, les autorités publiques (Préfecture) préviennent les populations.

- pesticides : moins de 0,1 microgrmmes par litre dans l’eau potable donc très inférieures à la dose dangereuses ?
- nitrates moins de 50 mg par litre d’eau donc très inférieures aux doses dangereuses (qui est bien au delà de la norme sanitaire)

- médicaments : la quasi totalité des médicaments subissent une dégradation dans l’organisme et les rejets (urines, fèces) ne contiennent plus les molécules soignantes ignitiales. On ne guérit pas en buvant de l’urine à ma connaissance !

- idem pour les autres critères de qualité.

David Servan-Schreiber et le WWF semblent surtout intéressés par la publicité pour des annonces fausses et médiatisées que par la rigueur scientifique. Je préfère croire que c’est dû à la bêtise que l’appat du gain ?

0 vote
par natacha (IP:xxx.xx3.21.130) le 1er juillet 2009 a 11H47
natacha (Visiteur)

Le meilleur des mondes

Pour l’instant très peu de chercheurs réellement indépendants réalisent des études sur les effets des produits chimiques sur les organismes vivants. Quoiqu’ils en disent, les comités d’experts, chargés de contrôler leur mise en circulation sur le marché - de la santé ou de l’agriculture - ne sont pas indépendants des multinationales pharmaco-chimiques, qui rappelons-le, sont à Washington le lobby le plus puissant.

Comme par hasard, les comités officiels défendent la non-dangerosité de produits très toxiques et ne cessent de vouloir en étendre l’utilisation, tandis que les chercheurs indépendants lancent chaque semaine de nouvelles alertes faisant état de leur nocivité pour la santé et l’environnement.

Après la course aux armements, nous sommes aujourd’hui lancés dans une véritable course aux produits chimiques, qui comme les armements devant nous garantir la sécurité et la paix, sont censés nous assurer la santé et le développement ! L’industrie agro-chimique essaie de nous persuader que l’agriculture intensive et chimique est plus saine que l’agriculture naturelle et biologique et les laboratoires pharmaceutiques que les remèdes chimiques sont meilleurs (plus sains) que les remèdes naturels. Dans le même temps, tous ceux qui résistent un peu trop à cette nouvelle religion sont poursuivis, discrédités, virés de leur labo, rayés de l’ordre des médecins... quand ce n’est pire encore.

Mais nous vivons dans un monde si complexe que nous remettons de plus en plus notre pouvoir et notre jugement entre les mains des spécialistes, des experts, des institutions officielles, espérant qu’ils agissent, en toute transparence, pour le bien de tous, avec intégrité, sincérité et honnêteté. Et c’est bien là où le bât blesse ! Tous les grands scandales des dernières années : amiante, sang contaminé, hormones de croissance...etc, nous montrent pourtant qu’il n’en est pas ainsi et que ceux en qui nous plaçons notre confiance ne le méritent pas toujours. Notre responsabilité de citoyens est de (sur)veiller à ce que nos institutions ne dérapent pas, animés par des intérêts (trop) particuliers opposés au bien commun, et d’assurer un contre-pouvoir éclairé et vigilant, en particulier aujourd’hui, où les contre-pouvoirs traditionnels sont de plus en plus affaiblis et menacés.

Que représente la démocratie, tant vantée dans nos pays riches, quand le peuple est soumis à une propagande et une désinformation massives telles qu’il n’est plus en mesure de protéger et défendre ses intérêts en toute connaissance de cause et que sa voix n’est pas entendue par les pouvoirs en place, manifestes (gouvernements, institutions) ou cachés (intérêts financiers privés) ?

Le nouvel idéal qui nous est proposé ressemble étrangement aux grands romans de science-fiction des visionnaires du siècle passé (1984 d’Orwell ou Le meilleur des mondes d’Huxley), bientôt, si nous laissons faire, nos enfants n’auront plus pour se nourrir que des produits synthétiques, leurs bébés parfaits seront conçus dans des éprouvettes et la nature ne sera plus qu’un vague souvenir. La nov-langue sévit déjà partout et embrouille tellement nos esprits que nous ne sommes plus guère capables de voir et de réfléchir au-delà de la pensée unique de Big Brother, l’histoire et les lois se réécrivent chaque jour selon les intérêts et les stratégies du moment, faisant fi de toute vérité et de toute justice.

0 vote
par zygomar (IP:xxx.xx0.33.228) le 11 juillet 2009 a 11H33
zygomar (Visiteur)

Si vous pouviez apporter quelques arguments et/ou preuves pour soutenir votre affirmation selon laquelle tous les experts siègeant dans les instances officielles nationales et internationales et dont la responsabilité professionnelle et personnelle est d’évaluer la sécurité d’emploi des diverses catégories de produits chimiques sont tous des vendus aux et/ou des achetés par les industries ainsi que des incompétents pourris, vous devriez les présenter ici. Je suis moi un de ces experts toxicologues depuis quelques decennies et je puis vous affirmer les yeux dans les yeux que je ne me suis jamais vendu, que je n’ai jamais été acheté par qui que ce soit de même que de nombreux collègues que je connais et que j’ai cotoyés. Sans apporter la moindre preuve à vous affirmations, vous vous livrez tout simplement à du dénigrement et à de la diffamation. Pouvez également nous dire comment et par qui sont financés les "experts" qui se prétendent indépendants, sachant par ailleurs le coût exorbitant des études de toxicologie ainsi que les contraintes de contrôle de qualité auxquelles la réalisation est soumise de ce type d’études, contraintes qui sont l’objet de vérifications, de contrôles effectués par des instances internationales ? A moins que tous les experts gouvernementaux de tous les pays du monde membres de ces instances de contrôle soient également vendus et pourris ????

1 vote
par Pierrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 6 juillet 2009 a 09H59
Pierrot (Visiteur)

D’après LE MONDE de dimanche et lundi 6 juillet, les Académies de Médecine et de Pharmacie ont très sévèrement condanné l’action insensée du WWF et David Servan Schreiber qui n’a aucune base documentaire mais résulte de "feeling" personnel.

Ce type d’article mensonger est abominable, contraire à la vérité et dangereux pour la santé publique.

Bien qu’ils n’en défendent, il est plausible que les auteurs aient été payés par les fournisseurs d’eaux minérales. Quelles désatres que cet recherche d’appat du gain facile. Honte sur eux.