Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’art thérapie : une médecine complémentaire
L'art thérapie : une médecine complémentaire
note des lecteurs
date et réactions
15 février 2010
Auteur de l'article
Ecole d'Art-thérapie de Tours, 1 article (Association)

Ecole d’Art-thérapie de Tours

Association
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’art thérapie : une médecine complémentaire

L'art thérapie : une médecine complémentaire

Véritable discipline, l’Art-thérapie est aujourd’hui forte de quelques 1000 professionnels diplômés d’universités, scientifiquement et artistiquement formés, exerçant en France et à l’étranger.

Les domaines d’intervention des art-thérapeutes sont de plus en plus étendus : soin aux personnes malades (Alzheimer, Cancer, Sida...), rééducation des personnes handicapées (traumatisés crâniens…), troubles scolaires, troubles psychologiques (autisme…).

De tout temps, l’art est associé aux activités de l’homme.

L’Art-thérapie scientifique est née au début du XXème et a pris son véritable essor dans les années 60. Créée en 1976 et aujourd’hui sous le haut patronage du ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et du ministère de la Santé, l’AFRATAPEM (Association Française de Recherches et Applications des Techniques en Pédagogie et Médecine) appelée Ecole d’Art-thérapie de Tours, a proposé le 1er diplôme universitaire d’Art-thérapie à Tours. Elle a joué un rôle majeur pour faire reconnaître l’Art-thérapie comme une discipline paramédicale et définir un encadrement rigoureux (code de déontologie, regroupement d’art-thérapeutes diplômés, formations) pour ce métier nouveau qui connaît un engouement sans précédent.

De quoi s’agit-il ? L’Art-thérapie est l’exploitation du potentiel artistique dans une visée humanitaire et thérapeutique.

Son originalité et sa spécificité repose sur l’implication de l’art dans un processus de soin par l’exploitation de techniques artistiques variées : peinture, musique, théâtre, danse, calligraphie...

L’ambition est d’améliorer la qualité de vie et le bien-être des patients en travaillant sur l’émotion, la sensibilité, la créativité à travers une pratique artistique où le corps retrouve son importance et sa considération et où les facultés mentales sont stimulées  : mémoire, imaginaire, concentration, intelligence. L’Art-thérapie ouvre ainsi un champ nouveau et permet, sous autorité médicale, d’exploiter des moyens thérapeutiques originaux. Cette discipline nouvelle place le malade au premier rang dans la stratégie thérapeutique.

L’objectif n’est pas de faire du patient un artiste et de lui demander de créer une œuvre d’art, mais de donner à l’activité artistique toute sa valeur en tant qu’activité humaine privilégiée d’expression. L’Art-thérapie permet ainsi au patient de s’inscrire dans une démarche esthétique, d’exprimer ce qui lui plaît, ce qu’il trouve Beau, de retrouver confiance et estime de soi et d’affirmer sa personnalité.

Discipline complémentaire aux autres activités médicales et paramédicales, l’Art-thérapie ne doit pas être confondue avec la psychothérapie à support artistique qui interprète les travaux du patient et utilise la verbalisation. De la même manière, l’Art-thérapie n’est pas un atelier d’art en milieu de soin. Inscrit dans un protocole de soins avec indications, observation, évaluation, stratégies thérapeutiques et programme de soins, l’Art-thérapie répond en tous points aux exigences des activités sanitaires officielles.

Quelques exemples concrets de l'art-thérapie

  • Un art-thérapeute musicien dans un service de traumatisés crâniens : après deux années de travail individuel avec une personne tétraplégique et en collaboration avec l'équipe soignante, la patiente a retrouvé des capacités motrices d'expression simples et pertinentes ainsi que la confiance en elle-même.
  • Une art-thérapeute calligraphe dans un service gériatrique  : après une année d'atelier collectif hebdomadaire, on a pu constater une amélioration de l'estime de soi, une revalorisation sociale, une reprise d'activité relationnelle, une amélioration de la motricité fine des patients.
  • Une art-thérapeute comédienne dans un hôpital de jour en pédopsychiatrie avec des enfants présentant des troubles envahissants du développement : après un an de prise en charge groupale,on peut observer une amélioration des capacités relationnelles et expressives ainsi que l'émergence.
  • Une jeune fille avec un retard mental sévère, après deux années de pratique de l'Art-thérapie (musique et danse), est capable d'avoir des actes volontaires orientés vers un but précis avec possibilité de mise en place de stratégies simples, personnalisées et pertinentes.
  • Une activité picturale en milieu carcéral a permis à un détenu de courte peine de comprendre la faute qu'il a commise et de préparer sérieusement, dans le cadre pénitentiaire, son insertion professionnelle.
Ecole d'Art Thérapie

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus, en particulier sur la profession d’art thérapeute assistez au Congrès International d’Art-thérapie, les 19, 20 et 21 février 2010, Tours - Faculté de médecine, Université François Rabelais.
    www.art-therapie-tours.net

SOURCES

  • Communiqué de presse Profession art-thérapeute / Congrès International d’Art-thérapie, Ecole d’Art-thérapie de Tours
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté