Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’acerola, championne des vitamines
L'acerola, championne des vitamines
note des lecteurs
date et réactions
11 mars 2013 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Françoise Bayle, 12 articles (Medecine Douce)

Françoise Bayle

Medecine Douce
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
7
nombre de votes
3

L’acerola, championne des vitamines

L'acerola, championne des vitamines

Retour de voyage !

Après quelques semaines d’interruption, je reprends la plume (enfin le clavier !) pour vous faire profiter de quelques expériences vécues loin d’ici, en Guyane plus précisément. Et oui, j’ai l’habitude chaque année de me rendre dans ce lointain petit bout de France. J’apprécie beaucoup d’échapper à l’hiver pour quelques temps, de retrouver la chaleur, un environnement radicalement différent et la formidable énergie de la forêt équatoriale. L’année dernière, je vous avais fait part dans un article de quoi se composait ma trousse de secours pour un tel voyage. Celle-ci n’a pas changé, puisque mes produits favoris se révèlent efficaces, et suffisants.

Cadeau de voyage !

Cette année, la pluie était au rendez-vous. Presque chaque jour, de violentes averses ont anéanti toute tentative de sortie. Bon, c’est l’équateur et c’est la saison des pluies, alors on accepte. Mais ce temps gris et humide n’a en rien gêné la maturation de jolis petits fruits rouges, que j'ai cueilli chaque jour et dégusté aussitôt : des “cerises” acerola. Un arbuste pousse juste devant la porte d’entrée de l'endroit où je loge, et chaque matin j'avais droit à un magnifique cadeau, car en effet ces fruits choisissent la nuit pour mûrir.

L’acerola (Malpighia punicifolia) est appelé là-bas cerise-pays, ou cerise de la Barbade, ou cerise des Antilles, n’a rien à voir avec la cerise telle que nous la connaissons ici. Le fruit, rouge vif, y ressemble juste, son goût est agréable, frais et acidulé. Il pousse au bout d’un pétiole fin et court, et contient trois pépins tendres que l’on peut manger. Très sensible, il ne se conserve pas, il n’est donc pas commercialisé, par contre on le trouve fréquemment sous forme de jus, sur les marchés ou dans les restaurants.

Cadeau du Ciel, et de la Terre !

Ce qui fait l’intérêt majeur de ce fruit, c’est d’abord sa très forte teneur en vitamine C, 20 à 30 fois supérieure à celle de l’orange. La vitamine C rappelons-le, est stimulante, anti-oxydante et anti-infectieuse. Son nom scientifique c’est l’acide a-scorbique, ce qui littéralement veut dire : qui éloigne le scorbut, maladie dûe à la carence en cette vitamine essentielle au métabolisme des mammifères. Donc infiniment précieuse surtout sous un climat chaud et humide, où les infections sont courantes et plus difficiles à juguler. Mais ce n’est pas tout. Il est riche également en vitamine A (croissance des os, synthèse des pigments de l’oeil), B1 (système nerveux et muscles), B6 (phanères), en flavonoïdes (anti-oxydants) et en minéraux : fer, calcium, phosphore, potassium et magnésium. Tout pour plaire, un petit bijou de la nature.

Attention !

Vous connaissez bien sûr la multitude de compléments alimentaires à base de vitamine C qu’on s’efforce de vous faire acheter dès les premiers signes de l’automne : l’acerola y figure en première ligne. Et c’est bien normal. Ce qui l’est moins, c’est le flou artistique entourant la véritable composition de la plupart des comprimés. Entre le dosage falsifié et l’ajout de vitamine synthétique, on est bien loin d’avoir un apport vitaminique de qualité. Il semble prouvé qu’il est impossible d’avoir plus de 120 mg de vitamine pure et naturelle dans un comprimé de 2 g vendu sous l’appellation “500 mg”. A savoir aussi dans quelles conditions les fruits sont cueillis, stockés, traités… Donc prudence.

Si vous n'avez pas la chance de pouvoir vous rendre en Amérique du Sud, vous pouvez néanmoins profiter des bienfaits de l'acerola, mais en étant très attentif aux étiquettes. N'hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou votre professionnel de santé.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Vitamine C Fruits
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx2.144.202) le 11 mars 2013 a 15H47
 (Visiteur)

je suis d´accord avec toi...Acerola est formidable,riche en vitamine C.Je vais te raconter une fact...J´étais avec une conjutivite trés fort...sort eau des yeux... !Donc,je fais un jus de Acerola et le jour suivant elle a fini... !.

0 vote
par Françoise Bayle (IP:xxx.xx0.252.88) le 11 mars 2013 a 19H53
Françoise Bayle, 12 articles (Medecine Douce)

Voilà un bon exemple de la puissance de la vitamine pour un problème infectieux !

3 votes
(IP:xxx.xx4.142.45) le 11 mars 2013 a 17H23
 (Visiteur)

Pas besoin d’aller jusqu’en Guyane ou de ramener de l’acérola de Guyane, si vous cherchez une source de vitamine C indiscutable et que vous habitez en France ou Europe.

Le cynorrhodon, fruit de l’églantier est 50 fois plus riche en vitamine C que l’orange (teneur moyenne de l’un et l’autre bien sur) 1500mg/100g frais (! !!) L’églantier en plus c’est ce qui a donné le rosier, on veut bien s’en servir pour séduire la donzelle ou se parfumer mais pour la santé pensez-vous.

Donc CQFD.

La question d’après c’est pourquoi on apprend pas au Consommoutons à se servir de leur environnement proche tout en le respectant ? Parce que ça ferait moins de profit aux maîtres et sous-maîtres en tout genre.

0 vote
par Françoise Bayle (IP:xxx.xx0.252.88) le 11 mars 2013 a 19H56
Françoise Bayle, 12 articles (Medecine Douce)

Bien sûr je suis d’accord, le cynorrhodon est une plante intéressante, mais beaucoup plus difficile à mettre en oeuvre ! On ne peut pas le consommer tel quel (il est plein de poil à gratter) et le trier prend un temps infini !

0 vote
par klinger (IP:xxx.xx2.151.212) le 9 mai 2013 a 03H12
klinger (Visiteur)

BJR,mais comment font les fabrikan de confitures d eglantines ?