Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Jouer au golf procure une santé de fer
Jouer au golf procure une santé de fer
note des lecteurs
date et réactions
10 février 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 602 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
602
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Jouer au golf procure une santé de fer

Jouer au golf procure une santé de fer

Selon une étude suédoise, l’espérance de vie s’allongerait de 5 ans grâce à la pratique du golf.

Le golf permet, selon une étude suédoise très sérieuse (1), de gagner 5 ans d’espérance de vie. A quelques semaines de « Tous au Golf » (du 12 au 17 mai prochain), une opération nationale d’initiation gratuite au golf, et alors que la santé est une des préoccupations majeures des Français, l’information devrait éveiller la curiosité dans l’Hexagone. Les résultats de l’étude en question pourraient avoir une influence non négligeable à terme sur le nombre de pratiquants estimés à ce jour à 600.000 en France, dont 400.000 licenciés.

Une étude suédoise publiée en mai 2008 dans une revue scientifique de référence (1) a mis en évidence une information qui nous concerne tous : l’espérance de vie des golfeurs augmenterait de 5 années par rapport à la population générale ! Les auteurs ont comparé l’espérance de vie de la population générale avec celle de plus de 300.000 golfeurs licenciés auprès de la fédération suédoise. Les 2 populations étaient identiques en termes d’âge, de proportion de femmes et d’hommes et de niveau socio-économique. Cette rigueur méthodologique a rendu les résultats de cette étude crédibles.

Pourquoi donc le golf permet-il d’améliorer l’espérance de vie ?

Une explication concise et simpliste reviendrait à dire que l’activité physique régulière (la marche en extérieur) des adeptes de la petite balle blanche serait le principal facteur de ce résultat. Mais ce n’est pas le seul. Un autre bien spécifique à la pratique du golf tient une place prépondérante : la démarche de prévention par la socialisation.

Les golfeurs jouent souvent en compagnie de pratiquants d’un âge voisin du leur et peuvent ainsi comparer leurs « performances » physiques. Un joueur (ou joueuse) qui a du mal à suivre le rythme de marche de ses partenaires habituels se sent plus essoufflé qu’eux après un trou en montée. Il consulte par conséquent son médecin et entre de ce fait dans une démarche de prévention. Cet aspect de « prévention par socialisation » jouerait un grand rôle dans le bénéfice que les golfeurs tirent de leur pratique en termes d’espérance de vie.

Une activité physique régulière est bénéfique notamment pour le système cardio-vasculaire

Dans notre société fortement sédentaire, où les risques de maladies cardio-vasculaires sont plutôt élevés, il s’avère que jouer au golf est l’un des meilleurs exercices qui puisse exister. Le golf correspond à une activité physique modérée et fractionnée (le temps de marche est entrecoupé des phases de frappe de balle) avec des temps de récupération.

La pratique régulière du golf (2 à 3 fois par semaine) permet d’obtenir une augmentation significative du HDL cholestérol (le « bon cholestérol ») et du rapport HDL cholestérol / cholestérol total. Ces différents éléments concourent à une amélioration des facteurs de risques cardio-vasculaires, particulièrement importants chez les sujets de plus de 45 ans.

Le golf permet aussi de conserver des habiletés mentales

Le golf est un moyen de lutter contre le vieillissement cérébral. En effet la concentration et la stratégie sont deux éléments essentiels pour venir à bout du seul véritable adversaire : le parcours. Choix du coup, de la cible, du club… chaque décision nécessite une véritable démarche intellectuelle et, comme cela peut aussi arriver, chaque mauvais coup nécessite une bonne dose de sang-froid et une certaine maîtrise du stress pour assurer la réussite du coup suivant.

Les professionnels s’accordaient déjà pour dire que le golf se répartit comme suit : 20 % de technique, 20% de physique et 60 % de mental. On pourrait désormais ajouter que c’est 5 années de vie gagnées.

(1) Le golf : le sport d’une vie et de réduction de la mortalité chez les pratiquants suédois », Golf : a game of life and death-reducted motality in swedish golf players Farahmand » B and allScand J Med Sci Sports, 2008 May 27.

Communiqué de presse provenant de Sport Progress

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté