Accueil du site
> Dossiers > Japon et Crise Nucléaire
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Japon : Plus de 11 500 tonnes d’eau radioactive évacuées dans l’océan
Japon : Plus de 11 500 tonnes d'eau radioactive évacuées dans l'océan
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 avril 2011 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Japon : Plus de 11 500 tonnes d’eau radioactive évacuées dans l’océan

Japon : Plus de 11 500 tonnes d'eau radioactive évacuées dans l'océan

Tokyo Electric Power (TEPCO), l’opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima, a fait connaître en ce 4 avril sa décision de procéder au rejet dans la mer de 11 500 tonnes d’eau faiblement radioactive. Ces eaux s’étaient accumulées dans les installations endommagées depuis le début des opérations de sauvetage engagées suite au tsunami du 11 mars. En marge de cette opération, les techniciens dépêchés sur le site de la centrale tentent de colmater une brèche découverte samedi sur le réacteur numéro 2.
Par cette fissure, de l’eau -hautement radioactive cette fois- se déverse dans l’océan Pacifique. Yukio Edano, secrétaire général du gouvernement, n’y va pas par quatre chemins : « Ces mesures sont inévitables, mais il faut avoir à l’esprit que si la situation actuelle se prolonge sur une longue période, l’accumulation de substances radioactives aura un impact énorme sur l’océan » L’exploitant de la centrale continuait malgré tout d’assurer qu’ « il n’y aura pas d’impact sur la santé ».

Depuis le séisme de magnitude 9, le tsunami et les rejets nucléaires de Fukushima, cette centrale nucléaire située à 250 kilomètres au nord-est de Tokyo, les équipes de secours se sont relayées pour déverser des milliers de tonnes d’eau pour refroidir les réacteurs, évitant ainsi une fonte totale des barres de combustibles (toujours en surchauffe à l’heure actuelle). Mais cette eau destinée aux piscines de la centrale, et qui a inondé le complexe dans son ensemble, doit être évacuée. Hidehiko Nishiyama, porte-parole de l’Agence de sûreté nucléaire japonais (NISA) prévient que cette opération, qui se déroulera sur cinq jours, est nécessaire afin de « restaurer les capacités de refroidissement le plus rapidement possible, et ainsi éviter une catastrophe pire que Tchernobyl ».

Pour le gouvernement japonais, « cette mesure d’urgence est incontournable  ». Et c’est ainsi que TEPCO rejette 11 500 tonnes d’eau dont les taux d’iode radioactif sont 100 à 500 fois supérieurs aux limites légales. Il s’agirait d’un « moindre mal » qui s’accompagne d’un souci non moins préoccupant. La quantité d’eau radioactive rejettée en mer est encore plus importante qu’annoncée : Les techniciens de la centrale ont découvert ce week-end une brèche de 20 centimètres dans le béton d’une fosse de maintenance. Et c’est cette dernière qui aurait été à l’origine d’une fuite hautement radioactive en mer qui a abouté à des mesures atteignant 80 becquerels par litre d’eau.

A l’endroit de cette brèche, TEPCO a mesuré une radioactivité de 1000 millisieverts par heure. Du béton a commencé à être injecté pour colmater cette fissure, mais celui-ci ne séchant pas à temps, les japonais ont appelé des spécialistes allemands à la rescousse. En attendant leur arrivée, les experts de Fukushima ont opté pour des polymères censés absorber l’eau. La situation demeure ainsi très incertaine, et les autorités japonaises se tiennent prêts à de nouvelles mesures d’évacuation de population. Alors qu’une radiation 4 000 fois supérieure à la limite légale est d’ores et déjà détectée au large de la centrale, des dizaines de kilos d’un colorant blanc ont été déversés pour tenter de suivre la trajectoire qu’emprunte l’eau rejetée.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
8 votes
(IP:xxx.xx7.126.27) le 5 avril 2011 a 14H16
 (Visiteur)

11 500 tonnes d’eau / 714 839 310 000 tonnes d’eau du Pacifique= 1,60875316 × 10-8,

Il faut vraiment croire à l’homéopathie, en encore plus diluée, pour pensez qu’il y a un danger quelconque, hors les abord immédiat pendant un ou deux mois.

7 votes
par ariane walter (IP:xxx.xx1.231.8) le 5 avril 2011 a 14H24
ariane walter (Visiteur)

Ah ! Vous me rassurez ! ouf ! Toute cette radioactivité n’est donc pas dangereuse !

Ils ont quand même l’air stressos, les Japonais...On les dit stoïque mais là.... Ils parlent quand même d’une catastrophe pire que Tchernobyl...Quel excès....

revenez souvent commenter l’actualité. Vous me faites du bien. je dors déjà...

6 votes
par azerty (IP:xxx.xx3.35.23) le 5 avril 2011 a 18H40
azerty (Visiteur)

Vous avez raison "les taux d’iode radioactif sont 100 à 500 fois supérieurs aux limites légales" On peut dormir tranquille quand on sait que les doses légales sont fixées au doigt mouillé par les exploitants. On peut dormir tranquille car dans des rejets qui contiennent du plutonium c’est l’iode que les exploitants nous disent mesurer. iode 131 période 8 jours plutonium 239 période 24 000 ans 1000Kg de plutonium 24000 ans après 500Kg 24000 ans après 250Kg 24000 ans après 125Kg 24000 ans après 62,5Kg etc... La période du Pu238 encore plus toxique est de 87,7 ans " On estime qu’une quantité de l’ordre d’une dizaine de milligrammes provoque le décès d’une personne ayant inhalé en une seule fois des oxydes de plutonium. En effet les test sur babouins et chiens montrent une mortalité de 50 % : au bout de 30 jours avec 0,009 g, au bout d’un an avec 0,0009 g et trois ans avec 0,0004 g" Par prudence les japonais ne devraient pas sortir de chez eux avant 500 à 1000ans

0 vote
par Isabelle (IP:xxx.xx5.243.71) le 6 avril 2011 a 09H28
Isabelle (Visiteur)

Et l’eau douce ! D’où vient l’eau douce déversée et pour combien de temps encore ! !!! N’est ce pas aussi en soi- même une catastrophe quand tant de gens n’ont même pas assez d’eau pour eux et que la sécheresse menace plusieurs continents ! Où les américains sont ils allés la prendre ? Même eux souffrent de la sécheresse dans certains états ! Quel impact sur les réserves en eau douce surtout quand cela se reproduira ? Et où pense t on vider l’eau des barges comme de toute façon cela doit continuer un certain temps

1 vote
par Xavier BAUPIN (IP:xxx.xx6.45.161) le 10 avril 2011 a 11H26
Xavier BAUPIN (Visiteur)

(Cf. Wikipédia : On recense seize séismes-tsunamis depuis 1611 situés au nord de l’île principale du Japon. Un de ces séismes les plus meurtriers ayant affecté cette région a eu lieu le 15 juin 1896 au large des côtes du Sanriku. Sa magnitude a été estimée à 8,5. Il déclencha un tsunami avec un déferlement (run-up) d’une hauteur maximale de 38 mètres, et tua 22 066 personnes. Un autre eut lieu le 2 mars 1933, légèrement plus au nord, faisant environ 3 000 victimes causées par le tsunami suite au séisme avec un déferlement estimé à 28,5 m à Ofunato). Nucléaire : il s’avère que les spécialistes n’avaient pas prévu le « hautement improbable » ; il s’avère que les responsables étaient irresponsables. Le tsunami du 26 décembre 2004 en Indonésie avait atteint jusqu’à une hauteur de 35 m. Le Japon étant une des zones les plus sismiques au monde (1/5 des séismes de magnitude supérieure à 6), les digues de la centrale de Fukushima étaient prévues pour faire face à un tsunami de… 5 m de haut ! Cette catastrophe n’était donc pas une fatalité ; cherchera-t-on un jour à poursuivre en justice les décideurs comme on le fait avec n’importe quel justiciable pour la moindre peccadille ? Ne s’agirait-il pas d’un crime contre l’humanité par négligence ? Le crime étant trop gros et trop collectif, il ne sera jamais jugé ni même ne serait-ce que formulé.

1 vote
par Kévin LEGRUYÈRE (IP:xxx.xx6.45.161) le 10 avril 2011 a 11H29
Kévin LEGRUYÈRE (Visiteur)

Tchernobyl, Fukushima, …, la science m’a tuer.

1 vote
par Xavier BAUPIN (IP:xxx.xx6.45.161) le 10 avril 2011 a 11H28
Xavier BAUPIN (Visiteur)

« retour d’expérience » : expression issue du milieu de l’entreprise tambourinée à propos de la catastrophe de Fukushima qui insinue que, in fine, l’homme moderne maîtrise et contrôle toutes situations ; glissement sémantique opéré par les bureaucrates technico-capitalistes traitant avec suffisance les désastres nucléaires comme de simples mauvaises « expériences » dont les « cobayes » seront cependant combien de milliers voire de millions d’irradiés, de contaminés, de morts ou, pour le moins, de déplacés.

1 vote
par Kévin LEGRUYÈRE (IP:xxx.xx6.45.161) le 10 avril 2011 a 11H31
Kévin LEGRUYÈRE (Visiteur)

Tchernobyl, Fukushima, …, entrons dans le monde d’après.

1 vote
par didou (IP:xxx.xx9.166.142) le 20 avril 2011 a 23H36
didou (Visiteur)

bonsoir, j’aimerai savoir quel seront les impacts sur les mammifères marins, sur la faune et la flore, et puis toute cette radioactivité évacuées dans l’océan va se diluer avec le reste, combien de temps avant que nos propres océans soient contaminés ? A l’époque on nous a dit le nuage de Tchernobyl s’est arrêté à la frontière franco/allemande !! Là on nous dit le nuage est si haut que c’est sans risques pour nous !! Il serait plus sage de nous dire que le nucléaire est la pire chose que l’humain est pu créer et qu’il causera sa perte !! On y vient pauvre planète bleu !!