Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Entretenir la mémoire : Alimentation et activités
Entretenir la mémoire : Alimentation et activités
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 mars 2012
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Entretenir la mémoire : Alimentation et activités

Entretenir la mémoire : Alimentation et activités

Avec le temps, de légères pertes de mémoire commencent à apparaître, mais c’est à tout âge qu’il faut se préoccuper d’entretenir sa mémoire.

La mémoire régit l’essentiel de nos activités et construit notre identité. Pour bien comprendre et prévenir les oublis ou les pertes de mémoire, il est indispensable d’en comprendre le fonctionnement.

Cheminement de la mémoire

Il n’existe pas une mémoire mais des mémoires. La mémoire n’est pas figée dans une seule aire cérébrale, mais distribuée dans plusieurs zones et son fonctionnement comporte trois étapes fondamentales.
· L'apprentissage, phase de réception des informations extérieures qui s'effectue au niveau du cortex sensoriel, c’est la mémoire sensorielle, très rapide (de 150 à 200 millisecondes).
· Puis les neurones véhiculent l'information jusqu'à une zone du cerveau (visuelle, olfactive) et restituent les informations reçues qui deviennent directement utilisables : c'est la mémoire immédiate ou à court terme, de capacité limitée. Elle est fragile et ne peut enregistrer que pendant un laps de temps bref.
· Les informations sont ensuite stockées dans la mémoire dite à long terme dont la capacité est en principe illimitée. Le rappel de l'information dépend de la qualité de l'apprentissage : seule une information bien structurée au moment de son enregistrement peut être correctement et facilement évoquée.

Cerveau et activités

La qualité de notre mémoire dépend de celle de notre mode de vie : alimentation variée et équilibrée, sommeil régulier et suffisant, évitement de la consommation de substances toxiques, pratique régulière d’un sport. Oublier temporairement votre numéro de téléphone ou le code secret de votre carte de crédit ne doit pas vous inquiéter et vous faire penser immédiatement à la maladie d’Alzheimer. Le stress, une fatigue excessive ou une dépression peuvent engendrer des troubles passagers de la mémoire à tout âge. C’est la répétition de ce genre d’oublis qui doit vous inciter à travailler et entraîner votre mémoire. Après 60 ans, le cerveau doit être régulièrement stimulé, comme les muscles, pour conserver des performances satisfaisantes. Le cerveau ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

Entraînement quotidien

Hors la paresse, rien n’empêche un senior de s’amuser à résoudre des problèmes d’arithmétique, de logique, de faire du calcul mental ou de se mettre à l’utilisation experte d’un ordinateur ou d’Internet. La pratique régulière d’exercices intellectuels peut juguler les atteintes mnésiques (relatives à la mémoire), sauf si elles ont pour origine des lésions cérébrales ou des atteintes pathologiques. Tous les jeux de société permettant de faire travailler le cerveau sont conseillés : mots croisés, tarot, bridge, échecs, jeu de go…, ainsi que certains jeux électroniques spécialement conçus comme exercices stimulateurs du cerveau (réflexion, mémoire, jugement). La pratique d’exercices associés à la vie quotidienne est aussi conseillée : faire mentalement sa liste de courses, se souvenir de la date de naissance de ses proches. Mener une vie socialement active c’est aussi continuer à sortir, à rencontrer des amis, à aller au
cinéma, à visiter des expositions ; cette attitude est très positive pour l’activité cérébrale.

Sommeil et excitants

· Si la fatigue est la principale ennemie de la mémoire, le sommeil est le vrai booster du cerveau. Bien dormir permet à notre cerveau de mieux gérer les informations récemment acquises et le sommeil consolide les souvenirs. Un individu retient mieux ce qu’il a appris avant de dormir qu’en début de journée, d’où l’importance du sommeil pour les enfants en âge scolaire. Ce qui ne veut pas dire qu’il est possible d’apprendre en dormant !
· La consommation modérée d’alcool n’a aucune incidence sur la mémoire. En revanche, une consommation excessive peut provoquer des dégâts dans la mémoire épisodique (phénomène de la « cuite ») et, en cas d’alcoolisme chronique, les pertes mnésiques peuvent être sévères et durables (syndrome de Korsakoff). Le cannabis provoque une diminution des performances de la mémoire à court terme, l’ecstasy est un véritable tueur de mémoire.

Aliments de la mémoire

Le cerveau est l'organe le plus riche en graisses juste après le tissu adipeux, et cette boule de graisse consomme 20 % de l’énergie fournie par l’alimentation. Le glucose (pain, sucre, céréales), les protéines d'origine animale ou végétale, les acides gras essentiels, en particulier de la série oméga 3 et oméga 6, sont ses nourritures préférées. Le cerveau est pauvre en antioxydants et si vous le soumettez de façon continue ou répétitive au stress oxydatif, il vieillit prématurément. La chaîne des antioxydants comprend les vitamines A, C et E, le bêtacarotène, le sélénium et les flavonoïdes, très présents dans les aliments frais. Dans la famille des minéraux, choisissez le fer, le zinc, l’iode et le magnésium. Tous les fruits et légumes, la viande, le poisson (même si le rôle du phosphore n’est pas prouvé) sont favorables à l’entretien de la mémoire.
Ne négligez pas les vitamines du groupe B, notamment les folates, ce sont de bons carburants du fonctionnement cérébral : enrichissez votre alimentation en céréales complètes, levures, légumineuses, germes de blé… Quant au chocolat, c’est un bon stimulant cérébral, il agit favorablement sur le moral mais il n’améliore pas la mémoire.
 
Christelle Piat

Toute la lumière sur les trous noirs
 
À partir de 50 ans, de véritables accidents de la mémoire peuvent se produire, on les appelle les ictus amnésiques. Ces trous noirs concernent environ 25 personnes sur 100 000 présentant, en général, un profil intellectuel supérieur à la moyenne. De telles pertes transitoires, souvent accompagnées de confusion ou de propos répétitifs, sont soudaines et réversibles et ne laissent le plus souvent aucune séquelle. Leurs causes commencent à être bien identifiées : difficultés vasculaires temporaires, ischémie (ralentissement de l’oxygénation du cerveau), effet indésirable et toxique d’un traitement médicamenteux (notamment benzodiazépines) ; le simple arrêt du traitement suffit à faire cesser les troubles.
Les conseils du pharmacien
Quelques trucs pour se préparer aux examens
 
Quel étudiant n’a pas rêvé de trouver l’astuce pour que sa mémoire soit au top le jour J ?
· Lisez, relisez et révisez régulièrement vos notes.
· Utilisez des stratégies mentales de mémorisation : enregistrez votre voix, marchez en révisant.
· Respectez des temps de travail alternés avec des séquences de récupération.
· Pratiquez un sport d’extérieur.
· Soignez votre sommeil (mêmes heures de coucher et de lever).

Évitez toute consommation de drogues et d’alcool ainsi que le recours compulsif à des produits excitants (café et certains médicaments).


 

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

 

 

 

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Mémoire