Accueil du site
> Santé Naturelle > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
E=MC², la radioactivité, est-ce dangereux ?
E=MC², la radioactivité, est-ce dangereux ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 mars 2014
Auteur de l'article
Sarah Camara, 4 articles (Rédacteur)

Sarah Camara

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

E=MC², la radioactivité, est-ce dangereux ?

E=MC², la radioactivité, est-ce dangereux ?

Avec l’émergence de la science moderne, l’homme a souvent dû dépasser sa compréhension de l’univers pour appréhender des phénomènes jusqu’alors ignorés. Devant la fulgurance des progrès accomplis et les difficultés socio-économiques de notre époque, un sentiment de défiance à l’égard de l’innovation s’est diffusé progressivement au sein de la société française. La radioactivité en est un parfait exemple, pourtant la peur de cette dernière est-elle toujours rationnelle ?

 
Le site futura-sciences nous donne une première définition de la radioactivité, intelligible pour tout un chacun. La radioactivité serait « la propriété qu'ont certains noyaux d'atomes de se désintégrer de manière naturelle et spontanée, pour donner un autre élément, en émettant des particules ou des rayonnements électromagnétiques ».
 
Le principe de précaution qui entoure ces questions, contribue malgré lui à véhiculer des fantasmes anxiogènes autour de ce phénomène physique. Pour faire preuve de pédagogie, de nombreuses initiatives sont proposées au grand public. La fête de la science a par exemple organisé des ateliers sur la radioactivité afin de mieux expliquer ses propriétés aux usagers. Encore plus récemment, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique éditait un groupe Facebook intitulé, Ask an Expert in Radiation Protection.
 
Ces initiatives sont nécessaires mais le Conseil Scientifique Santé Energie d’EDF rappelle que « l'objectif prioritaire est de renseigner les professionnels de la santé qui sont le plus souvent confrontés aux questions de la population  ». En effet, avant de prendre toute décision sur ces sujets, il est important de disposer d’éléments d’appréciations quantifiables, et fiables tout simplement.
 
La pétition lancée sur Internet contre le projet de Placoplatre sur le Fort de Vaujours est le cas typique d’une mobilisation qui s’en remet au principe de précaution. La Vice-Présidente en charge de l’environnement, Corinne Rufet, demande ainsi « un moratoire sur toute exploitation du site, tant que les études que nous appelons de nos vœux n’auront pas été menées ». Avant de pouvoir faire avancer le projet, il sera donc question d’évaluer précisément la radioactivité du site et ses effets sur l’environnement extérieur.
Sarah C.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté