Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Des hydrolats... à toutes les sauces
Des hydrolats... à toutes les sauces
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
24 janvier 2014
Auteur de l'article
Véronique Van den Bossche, 18 articles (Conseillère en nutrition)

Véronique Van den Bossche

Conseillère en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
18
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

Des hydrolats... à toutes les sauces

Des hydrolats... à toutes les sauces

Au détour d'une formation sur les huiles essentielles, se découvrir une passion pour les hydrolats, plutôt inattendu...

Tout d’abord, un hydrolat, qu’est-ce que c’est ?

Arrêt sur image, petit rewind, on reprend tout depuis le début : pour obtenir une huile essentielle, on a recourt à la distillation à la vapeur d’eau. Imaginons un alambic (du même genre que ceux utilisés pour faire le whisky) dans lequel se trouvent de grandes quantités d’un végétal aromatique. L’eau, portée à ébullition, se charge en essences aromatiques au contact du végétal. Cette vapeur d’eau est refroidie et le mélange d'eau et d'essence est recueilli dans un récipient. L'eau et l’huile n’ayant pas la même densité, l’eau de distillation et l’essence aromatique (l'huile essentielle) se dissocient dans le vase. Cette eau, chargée des substances hydrosolubles de la plante et de ses molécules aromatiques, est appelée hydrolat.

Surtout connus pour leur utilisation en cosmétique (l’hydrolat de rose de Damas est réputé pour son action antiride, régénérante, tonifiante), les hydrolats se retrouvent également dans la sphère du bien-être (en spray d'ambiance ou dans des bains par exemple). Certains d’entre eux sont bien connus des petits - et grands - gourmands pour leur utilisation culinaire (l'hydrolat de fleur d'oranger est un incontournable des pâtisseries orientales et parfume à merveille le thé à la menthe).

Ce que l’on sait peut-être moins par contre, c’est qu’ils peuvent également être utilisés pour leurs vertus thérapeutiques. En effet, l’eau de distillation a une teneur en principes aromatiques suffisante pour garantir de réels effets sans pour autant devoir craindre les risques liés aux huiles essentielles. C’est ainsi que les jeunes parents fatigués pourront avec bonheur calmer les coliques de bébé en ajoutant de l’hydrolat de fleur d’oranger dans son biberon (bonne nouvelle ça non ?).

On les utilisera par voie orale (2 -3 cuillère à soupe, 2 à 3 fois par jour (adultes) dilués dans de l'eau durant en moyenne trois semaines), par voie rectale (en lavements – 2 cuillères dans 1 l d'eau) ou vaginale (pur ou dilué dans l’eau en cas d’infections gynécologiques) ou encore par voie cutanée, appliqués directement (purs ou dilués), en compresses, en spray.

Ma présentation ne serait pas complète si je ne vous parlais pas de leur utilisation comme boisson aromatique… Cette fois-ci, plus d’excuses pour ne pas boire de l’eau ! En effet, il suffit d’ajouter deux à trois cuillerées à soupe d’hydrolat dans un litre d’eau pour l'aromatiser agréablement. Votre boisson aromatique sera tour à tour drainante (romarin), rafraîchissante (menthe) ou encore immunostimulante (sarriette et ravintsara). En ce qui me concerne, je suis littéralement tombée sous le charme du petit goût de litchee du géranium rosat.

Une si faible dilution serait donc efficace pensez-vous ? Je vous laisse juger du test ‘in vivo’ réalisé sur mon chauffeur contraint de rouler toute la nuit sans fermer l’œil avec, pour seul réconfort (en plus des doux ronflements de ses voyageurs), deux gourdes remplies d'eau aromatisée de menthe poivrée et de romarin à verbénone. A l’arrivée, l’œil toujours bien alerte, une sensation de fraîcheur et de pureté qu’est loin d’apporter le coca (sic). Tant et si bien que le ‘breuvage miracle’ a été adopté au retour également, avec toujours autant d’efficacité !

Seul défaut de l’hydrolat : sa durée de vie assez courte (on parle de quelques mois quand même), mais quelques gouttes d'extraits de pépins de pamplemousse permettront facilement d'en augmenter la conservation.

Véronique Van den Bossche - Conseillère en nutrition - Des Saveurs et d'Essences
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté