Accueil du site
> Santé Naturelle > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
PCB : Le scandale sanitaire révélé par le WWF
PCB : Le scandale sanitaire révélé par le WWF
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 juin 2008 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Lesmotsontunsens, 35 articles (Rédacteur)

Lesmotsontunsens

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
35
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

PCB : Le scandale sanitaire révélé par le WWF

PCB : Le scandale sanitaire révélé par le WWF

L’Homme est contaminé par les PCB, un polluant largement répandu dans les rivières de France et classé par l’ONU comme l’une des douze substances les plus dangereuses. C’est une étude du WWF et de l’Association santé environnement Provence (ASEP) publiée vendredi 30 mai 2008 qui le révèle. Totalement inerte jusqu’ici, l’Etat semble maintenant réagir...

 

pollution pcb poissons homme thone

Tout le monde est touché

L’étude est limitée. Elle a été effectuée sur un panel de 52 volontaires riverains du Rhône par un collectif de 300 médecins qui ne supportaient plus que l’Etat ne prenne pas ses responsabilités. Sur ce panel de 52 personnes, 33 consommaient régulièrement du poisson du fleuve. Selon Patrice Halimi, le médecin qui a procédé aux examens, "le taux de PCB va de 5 à 15 picogrammes par gramme de matière grasse dans le sang, chez ceux qui ne consomment jamais de poisson de rivière, contre 70 pour ceux qui en mangent une fois par semaine et près de 100 picogrammes pour ceux qui en dégustent plus d’une fois par semaine". "Les études montrent que les PCB augmentent les facteurs de risques de quatre types de pathologies, explique Patrice Halimi. Les cancers, les altérations du développement neurologique de l’enfant, les troubles de la fertilité et l’affaiblissement immunitaire". Même les personnes qui ne consomment pas de poissons sont imprégnés.

Commercialisés dès les années 1930 par Monsanto, les PCB étaient massivement utilisés par l’industrie avant d’être interdits en 1987. En 2005, un (simple) pêcheur est à l’origine d’une première étude sur ses propres poissons. En 2006, une étude révèlait que le Rhône, la Somme et la Seine étaient pollués, de même que des populations d’espadon de Méditerranée. Etat d’alerte, le ministère s’inquiétait ouvertement mais ne bougeait guère. Ce sont les préfets qui ont du interdire, localement, la consommation des poissons de rivière... de façon préventive, puisqu’aucune étude d’imprégnation sur l’Homme aux PCB n’a jamais été menée. Le 10 octobre 2007, la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, révélait que la quasi totalité des fleuves de notre pays était touchée par la pollution aux PCB. Et elle osait alors envisager une étude d’imprégnation du polluant sur... les poissons.

Les pouvoirs publics réagissent

C’est à l’approche de la publication des résultats de cette étude que l’Etat s’active. Même si Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, a déjà rejeté par avance les résultats de ce nouveau rapport, devant les avis de l’AFSSA et les nouvelles demandes du WWF, une étude du ministère est programmée prochainement sur un échantillon de mille personnes. Un bémol toutefois, Les résultats sont attendus dans... deux ou trois ans, alors que l’étude du WWF a été menée en deux mois. En paralèlle, le préfet du Rhône a annoncé mercredi, qu’un programme de recherche sur les techniques de dépollution allait être lancé. Il s’agira de développer des outils de traitement des sédiments pollués.

La nocivité des PCB est connue depuis vingt ans. Il faut seulement attendre aujourd’hui, sous la pression du public, pour que l’Etat s’inquiète de la santé de sa population. Pourtant, le WWF n’en est pas à sa première demande... Mais pour une fois, les pouvoirs publics semblent avoir pris la mesure de la gravité de la situation. "C’est la première enquête de cette ampleur concernant ce type de pollution. Cela ressemble à ce qui avait été mis en oeuvre pour l’amiante", s’est réjouit Alain Chabrolle, vice-président de la Fédération Régionale de la Protection de la Nature (FRAPNA, Lyon). Mais, s’il en a compris la gravité, reste à savoir s’il en a compris l’urgence...

Affaire à suivre.

Napakatbra
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par Lucie Vivien (IP:xxx.xx3.132.79) le 4 juin 2008 a 10H37
Lucie Vivien (Visiteur)

La dioxine, le PCB, et maintenant les OGM, voilà Monsanto à l’oeuvre !

4 votes
par caramico (IP:xxx.xx7.5.69) le 4 juin 2008 a 12H33
caramico (Visiteur)

Nos politiques pratiquent le : il est urgent d’attendre... Des gens mis en place par nous, sont plus aux petits soins pour des multinationales assassines quitte à empoisonner leur propre peuple pour du fric.

Bravo messieurs, je vous souhaites un bon retour de bâton, que j’aimerais être le premier à asséner.