Accueil du site
> Santé Naturelle > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La qualité des eaux de baignade
La qualité des eaux de baignade
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
28 juillet 2008
Auteur de l'article
Bambin Nature, 43 articles (Site internet)

Bambin Nature

Site internet
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
43
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La qualité des eaux de baignade

La qualité des eaux de baignade

A l’heure où la plupart d’entre vous ont déjà ou bien s’apprêtent à gagner les bords de mer ou de lacs pour les vacances, Bambin Nature vous propose de nous intéresser à la qualité des eaux de baignade.

Sur quels éléments portent les tests menés sur les eaux de baignade ? Comment sont-ils réalisés ? Comment s’informer sur les résultats d’analyse ? Autant de questions auxquelles nous répondrons dans ce dossier.

 

En France

Les eaux de baignade françaises sont étroitement surveillées. Le contrôle sanitaire porte sur l’ensemble des zones accessibles au public, où la baignade est habituellement pratiquée par un nombre important de baigneurs et qui n’ont pas fait l’objet d’un arrêté d’interdiction. Le suivi s’étend généralement pour la France métropolitaine du 15 juin au 15 septembre mais peut être plus court pour les baignades en eaux douces. Le suivi est effectué tout au long de l’année dans les départements d’Outre-mer.

La réglementation en vigueur prévoit la réalisation d’un prélèvement entre 10 et 20 jours avant l’ouverture de la saison, puis des prélèvements selon une fréquence minimale bimensuelle durant toute la saison balnéaire. Lorsqu’au cours des deux saisons balnéaires précédentes, la qualité de l’eau de baignade était conforme aux valeurs de qualité prévues, cette fréquence peut être réduite, sans toutefois pouvoir être inférieure à un prélèvement par mois.

Les analyses courantes des échantillons d’eaux prélevés portent sur les recherches suivantes :

  • les paramètres microbiologiques, afin de prévenir les risques sanitaires qui leur sont associés tels que les gastroentérites, les infections ORL et les manifestations cutanées ;
  • les paramètres physico-chimiques : mousses, phénols, huiles minérales, couleur, résidus goudronneux et matières flottantes, transparence.

Quatre catégories de qualité des eaux de baignade sont distinguées : A (eau de bonne qualité), B (eau de qualité moyenne), C (eau pouvant être momentanément polluée) et D (eau de mauvaise qualité). Lorsque que les résultats d’analyse dépassent les valeurs impératives et qu’il existe un risque sanitaire pour les baigneurs, des interdictions peuvent être prononcées à titre temporaire.

Les résultats d’anlyses sont portés à la connaissance du public par un affichage en mairie ou sur les lieux de baignade aménagée, dans les syndicats d’initiative et dans la presse. Depuis 2002, ces résultats sont également consultables sur le site Internet du ministère chargé de la santé. Les données relatives aux eaux de baignade y sont accessibles par un module cartographique, dans trois langues différentes (français, anglais et allemand).

En 2007, 95 départements (29 pour les eaux de mer, 91 pour les eaux douces) ont effectué une surveillance sanitaire sur 3 236 points (1 897 en eau de mer, 1 339 en eau douce) répartis dans 1 769 communes. 95,7 % des eaux de mer et 92,5 % des eaux douces se sont avérées conformes aux directives européennes ; ces chiffres étant néanmoins moins bons que ceux de année 2006.

La nouvelle réglementation européenne

Alors qu’en France, le contrôle de la qualité des eaux de baignade est actuellement défini par la directive du Conseil des Communautés Européennes du 8 décembre 1975 et par les articles du code de la santé publique L.1332-1 et suivants et D.1332-1 et suivants, relatifs aux piscines et aux baignades, la nouvelle directive européenne 2006/7/CE remplacera progressivement la directive de 1975 et conduira à une modification de la gestion et du contrôle de la qualité des eaux de baignade.

La directive 2006/7/CE va permettre d’améliorer la sécurité sanitaire des baigneurs et de moderniser les pratiques actuelles en tenant compte de l’évolution de l’état des connaissances. Cette directive européenne, adoptée le 15 février 2006 par le Conseil de l’Union européenne et par le Parlement européen, va conduire les Etats membres à modifier certaines de leurs pratiques concernant la gestion des eaux de baignade.

Les évolutions apportées concernent notamment les paramètres de qualité sanitaire et l’information du public. Cette directive renforce également le principe de gestion des eaux de baignade en introduisant un “profil” des eaux de baignade. Ce profil correspond à une identification et à une étude des sources de pollutions pouvant affecter la qualité de l’eau de baignade et présenter un risque pour la santé des baigneurs. Il permettra de mieux gérer, de manière préventive, les contaminations éventuelles du site de baignade.

Au Québec

Chaque saison estivale, le ministère du Développement durable, de l’ Environnement et des Parcs invite les exploitants de plage à participer au programme Environnement-Plage. Pour être admissibles au programme, les plages doivent être publiques et reconnues sécuritaires par la Régie du bâtiment. Si ces critères sont réunis, le ministère offre un personnel saisonnier qualifié pour effectuer la cueillette d’échantillons et transmet une liste des laboratoires accrédités pour réaliser les analyses au meilleur coût, assumé par les exploitants de plage. Par ailleurs, le ministère transmet les résultats d’analyse aux exploitants de plage mais aussi aux municipalités, aux directions de santé publique de l’Agence de la santé et des services sociaux ainsi qu’aux médias.

C’est sur la base de la qualité bactériologique qu’une cote A (excellente), B (bonne), C (passable) ou D (polluée) est attribuée aux plages participantes. Pour la plupart des régions, la campagne d’échantillonnage se déroule du 16 juin au 15 août 2008. Les plages ayant obtenu une cote A (excellente) au cours de 2007 seront échantillonnées au moins une fois durant l’été 2008. Celles ayant obtenu une cote B (bonne) en 2007 seront échantillonnées au moins trois fois en 2008. Enfin, les plages ayant obtenu une cote C (passable) ou D (polluée) au cours de 2007 seront échantillonnées au moins cinq fois en 2008, de même que les plages chlorées et les nouvelles plages.

Dès qu’il obtient les résultats du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, l’exploitant de plage appose, sur l’affiche officielle installée sur le site de baignade, une vignette correspondant à la cote obtenue, A, B, C, ou D. Par ailleurs, il vous également possible de vous informer des résultats :

  • par téléphone : du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 16 h 30, à la Direction régionale du Centre de contrôle environnemental de votre région ou encore au Service d’accueil et de renseignements du ministère au numéro sans frais : 1 800 561-1616 ;
  • sur le site Internet du ministère.

Hissez le pavillon bleu !

Le Pavillon bleu est un label à forte connotation touristique, symbole d’une qualité environnementale exemplaire. Créé par l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe en 1985, le Pavillon Bleu récompense et valorise chaque année les communes et les ports de plaisance, qui mènent de façon permanente une politique de recherche et d’application durable en faveur d’un environnement de qualité.

Le Pavillon bleu récompense plus de 3 300 plages et ports de plaisance en 2007 dans 36 pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, et d’Océanie.

En savoir plus sur le palmarès Pavillon bleu 2008

Sources :

Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec et Ministère français de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

Bambin Nature, le site dédié aux soins naturels des tout-petits
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté