Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Comment être et rester « zen » ?
Comment être et rester « zen » ?
note des lecteurs
date et réactions
19 février 2009
Auteur de l'article
zenergym, 4 articles (Rédacteur)

zenergym

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Comment être et rester « zen » ?

Comment être et rester « zen » ?

Comment être et rester « zen » dans un monde de plus en plus agité et stressant ? Avec la méditation par exemple ...

La méditation et ses bienfaits

JPEG - 13.6 ko
La méditation et ses bienfaits

Confrontés au stress, aux émotions pénibles, chacun utilise les « défenses » qui sont les siennes. La tendance la plus courante parce qu’elle est gravée dans le système nerveux, est de réactiver d’anciens schémas de pensées et de comportement qui le plus souvent sont inadaptés mettent en décalage et troublent notre centrage.

La pleine conscience méditative résulte du fait de porter son attention sur le moment présent (ici et maintenant), sans aucun jugement sur l’expérience de l’instant. Elle peut être pratiquée debout assis ou couché, immobile ou en mouvement.

Faire de la méditation provoque des prises de conscience sur les fonctionnements habituels et compulsifs du système nerveux volontaire et involontaire. La pleine conscience méditative permet la mise en place facile de nouvelles attitudes à l’égard des pensées, des humeurs, émotions, et états d’âme.

Avec la pratique de la méditation, on devient moins esclave des points de vue limités par l’ego. On devient conscient de nos sensations corporelles, de nos émotions, pensées, et sentiments. C’est plus de liberté car on n’est pas contraint à se laisser mener dans les impasses des comportements répétitifs.

Avec la méditation, on apprend à relativiser, à se détacher, à mieux voir les réalités (elle ne peut pas être pratiquée comme une fuite). La plupart des pensées peuvent être reconnues comme des créations mentales souvent en décalage avec la réalité. Il se produit une simplification du contenu du mental, rendant plus signifiantes les pensées venues d’un esprit paisible. En état de pleine conscience, on est centré sur le présent et détaché des ruminations négatives.

Je m’inspire du bouddhisme zen que je pratique depuis 1991. Mais le courant de pensée auquel je me rattache passe par deux pionniers dans ce domaine : Le psychothérapeute Jon Kabat-Zinn, qui fin des années 70 a élaboré et fait connaître un programme de réduction du stress par le développement de la pleine conscience « Mindfulness ». L’Américain Eugene Gendlin qui au début des années 1970 nomma « Focusing » son approche qui s’inscrit dans la lignée de l’humanisme expérientiel, centré sur la personne de Carl Rogers.

La pleine conscience bien qu’issue de la profondeur des traditions spirituelles connait un essor laïc, grâce aux démonstrations scientifiques de son efficacité. Elle a été appliquée dans de nombreux programmes d’étude de psychologie, son efficacité a été scientifiquement prouvée. Elle est dont de plus en plus conseillée en complément de certains traitements médicaux.

Elle s’adresse à toute personne désireuse de vivre en harmonie avec elle-même les autres le monde (nous tous).

Elle est le plus souvent conseillée en cas de :
- stress,
- anxiété,
- dépression,
- douleurs chroniques,
- acouphènes chroniques,
- psoriasis et maladies de peau,
- fybromyalgie
- complément de soins des cancers,
- insomnies,
- problèmes de couple et relationnels...

En pratique, la pleine conscience se déroule sur une série de séances individuelles ou de groupe durant lesquelles les exercices sont enseignés. La pleine conscience n’est pas une psychothérapie mais une approche de développement personnel. La progression dépend beaucoup de l’implication de la personne qui devra effectuer régulièrement des exercices entre ses séances.

ZENERGYM Denis Martin
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté