Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Voyager et revenir en bonne santé
Voyager et revenir en bonne santé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 juillet 2013
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Voyager et revenir en bonne santé

Voyager et revenir en bonne santé

Pas de voyage à l’étranger, surtout dans un pays exotique, sans un minimum de préparation : vaccins, antipaludiques, trousse d’urgence… pour éviter les ennuis de santé, bénins ou graves, ou y remédier rapidement.

Le voyage indispensable pour rejoindre votre lieu de séjour et en revenir, les déplacements que vous serez ensuite appelé à effectuer sont parfois problématiques. Quel que soit le véhicule, il peut vous rendre malade, en fonction de votre sensibilité et des circonstances.

Mal des transports

Les nausées en bateau, en avion, en car ou en voiture sont dues à un conflit entre le vestibule, situé dans l’oreille interne, et l’œil. En clair, alors que vous êtes vous-même immobile, le mouvement autour de vous, les informations transmises par les yeux et les oreilles au cerveau sont contradictoires et celui-ci a du mal à s’adapter, d’où nausées, vomissements, bourdonnements d’oreilles et étourdissements. Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres, notamment les enfants, dont le sens de l’équilibre manque d’entraînement, et les personnes âgées, dont la vision et l’équilibre diminuent. Vous pouvez limiter les risques. Asseyez-vous dans le sens de la marche, si possible à un endroit où les mouvements ne sont pas trop brutaux, et regardez droit devant vous en vous concentrant sur un point immobile au loin. Évitez tout ce qui favorise le mal des transports  : lecture et jeux électroniques, mouvements brusques de la tête, odeurs fortes, tabac, diesel, parfum… Si vous sentez venir une nausée, fermez les yeux et respirez profondément.

Quel antinauséeux  ?

Vous avez le choix entre les antinaupathiques (antinauséeux) classiques, en sirop pour les petits, en comprimés ou en patch à laisser en place, derrière l’oreille, pendant le voyage ; l’homéopathie (complexe en comprimés ou granules différents selon les symptômes) ; et la phytothérapie ou l’aromathérapie, (huiles essentielles en roller, inhalateur, diffuseur, eau de mélisse ou alcool de menthe, en pharmacie).

SE MÉFIER DES MOUSTIQUES

Avant de partir, renseignez-vous sur les maladies souvent graves, voire mortelles, transmises par les différentes sortes de moustiques et sévissant dans le pays, et prenez les précautions qui s’imposent.
 
Seules deux maladies transmises par des moustiques infectés peuvent être prévenues par des vaccins. Elles sont graves, mieux vaut ne pas les oublier.

Obligatoire ou conseillé  ?

• Fièvre jaune
Maladie hémorragique virale aiguë, elle est mortelle dans au moins 50 % des cas et il n’existe aucun traitement spécifique. Le vaccin n’est pas exigé par certains pays d’Afrique, pourtant la maladie est répandue dans toute la zone intertropicale. Prudence aussi en Amérique du Sud où elle a refait son apparition il y a 10 ans.
 
Encéphalite japonaise
Également virale, elle sévit en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, Chine, Indonésie, Thaïlande, Vietnam, Bangladesh, et peut également être fatale ou laisser des séquelles neurologiques graves. Mais la vaccination est seulement conseillée aux touristes séjournant dans les zones rurales pendant la mousson.
 
Paludisme, pas de vaccin
Il n’existe pas encore de vaccin contre le paludisme alors que des millions de personnes dans le monde en meurent chaque année.
 
• Se protéger avant tout
Une seule piqûre par un moustique anophèle femelle suffit pour rendre malade : accès de fièvre très élevée, courbatures, fatigue et, dans la forme la plus grave, convulsions, complications hépatiques et rénales, voire décès sans un traitement précoce. Seules solutions préventives et complémentaires, la chimioprophylaxie et la protection contre les moustiques.
 
• Médicaments antipaludiques
Renseignez-vous à l’avance auprès de votre pharmacien, car le traitement doit être adapté au degré de résistance aux médicaments des moustiques du genre Plasmodium, différent selon les continents et les pays.
Prenez bien vos comprimés pendant la durée indiquée, avant, pendant et après le séjour.

Insecticides et répulsifs

La progression des résistances aux antipaludiques ne garantissant pas une efficacité à 100 % des médicaments, prévoyez aussi des répulsifs, aérosol, lotion, lait, à appliquer sur les zones de peau découvertes, en particulier après le coucher du soleil, des insecticides en spray ou diffuseur électrique, et des moustiquaires imprégnées d’insecticide, en pharmacie. À savoir : les bracelets antimoustiques aux huiles essentielles (en pharmacie) sont insuffisants en zone tropicale. Le soir, portez des vêtements couvrants, si possible imprégnés eux aussi.

Dengue et chikungunya

Ces précautions ont l’avantage de protéger en même temps contre la dengue, transmise elle aussi par les moustiques, en augmentation sous les Tropiques. Moins grave, elle est néanmoins pénible avec fièvre, fatigue, douleurs articulaires, et entraîne hospitalisation et même décès, comme on l’a vu récemment avec l’épidémie en Guyane. À La Réunion, attention au chikungunya, transmis par le même moustique-tigre. Les douleurs articulaires sont persistantes et la fatigue intense.

 


Conseils de pharmacien
 
À mettre impérativement dans votre trousse d'urgence.
- Antalgique (antidouleur), antipyrétique (contre la fièvre), antidiarrhéique et antiseptique intestinal.
- Gel antibactérien pour désinfecter les mains.
- Collyre (gouttes ophtalmiques).
- Antiseptique cutané incolore, alcool à 70° avec compresses individuelles, bandes élastiques, sparadrap se découpant sans ciseaux, pansements extensibles ou waterproof ; gel anti-inflammatoire pour contusions et hématomes, pommade à l’arnica pour rougeurs et irritations de la peau.
- Crème antibrûlures (coups de soleil).
- Répulsif antimoustiques.
- Privilégier les présentations à prendre sans eau, en unidoses, lingettes, bouteille plastique. Les boîtes toutes prêtes pour petits bobos et les trousses conçues pour la randonnée et la navigation sont pratiques.
À faire
 
consulter Des sites utiles Site de l’Assurance maladie, rubrique Droits et démarches, informations sur la prise en charge des soins à l’étranger.
 
Site de l’Organisation mondiale de la santé.
 
Air France, rubrique Préparez votre voyage (conseils de prévention, vaccinations, stage pour ne plus avoir peur en avion…).
 
Recommandations santé et vaccins pays par pays.
 
Conseils actualisés aux voyageurs parce que la situation politique et sanitaire peut changer entre la réservation et le départ.
 
Liste des centres de vaccinations habilités à effectuer le vaccin antiamarile, ainsi que
les autres.

Conseils d’expert
 
Parce que tout voyage, même a priori sans risque, peut tourner au cauchemar, vérifiez que vous êtes bien assuré.
 
Voyager en Europe
La carte européenne d’Assurance maladie, gratuite et valable un an, garantit un accès direct aux services de santé publics sans avoir avancé les frais. Chaque membre de la famille doit posséder la sienne, même les enfants. Commandez-la sur le site ameli.fr, rubrique «  mon compte  », vous recevrez votre carte dans un délai maximum de 2 semaines. Si c’est trop tard, téléchargez un certificat provisoire de remplacement valable 3 mois. Si vous êtes soigné par un médecin libéral ou dans un établissement privé, conservez vos justificatifs et factures et envoyez-les à votre caisse d’Assurance maladie, vous serez remboursé sur la base des tarifs français ou du pays de vos vacances.
 
Séjours hors de l’Union européenne
Dans certains pays, les frais médicaux coûtent très cher et seuls les soins urgents et imprévus sont pris en charge par l’Assurance maladie. Votre caisse vous accordera ou non le remboursement de vos soins dans la limite des tarifs forfaitaires français en vigueur si vous justifiez que vous étiez dans une situation d’urgence. Conseil : souscrivez un contrat d’assistance ou d’assurance garantissant le remboursement des frais médicaux et le rapatriement sanitaire si nécessaire. Auparavant, vérifiez les conditions d’assurance proposées par votre banque, avec votre carte bancaire, et par votre mutuelle.

Soins dentaires et chirurgie esthétique
Si vous voulez combiner voyage à l’étranger en Roumanie, Portugal, Espagne, Hongrie, Pologne, Maroc, Tunisie, et opération de chirurgie esthétique, prothèses dentaires ou implants, moins coûteux qu’en France, ne comptez pas sur un remboursement. Une autorisation préalable de l’Assurance maladie et des assurances santé est impérative. 


ÉVITER LES DANGERS DU SOLEIL

Voyage ou séjour dans un pays chaud et lointain peut rimer avec coups de soleil, kératites aiguës et turista… Prenez les bonnes précautions !
 
Gare aux coups de soleil, tout particulièrement sous les Tropiques. Plus on se rapproche de l’Équateur, plus ça brûle ! Appliquez en couche épaisse une crème à la fois apaisante et protectrice, à base d’huile d’avocat par exemple, et recommencez dès que la peau tire à nouveau, 2 à 4 fois par jour.

Attention les yeux  !

Pensez aussi aux douloureux « coups de soleil de l’œil » que sont les kératites aiguës et, à plus long terme, à l’apparition précoce de la cataracte et au cancer de la peau en bordure de l’œil. L’Asnav, Association nationale pour l’amélioration de la vue, recommande de porter des lunettes de soleil dès le matin et même par temps couvert ou sous un parasol, car l’ombre renvoie 50 % des rayons émis. De plus, la mer réfléchit 25 à 30 % des UV et le sable 15 à 18 %. Ne vous fiez pas à la couleur foncée du verre des lunettes, il protège seulement des éblouissements, c’est le traitement anti­­-UV qui compte. Ne les achetez pas en dehors des circuits de distribution traditionnels, car la réglementation garantissant la qualité de filtration (marquage CE) est facilement détournée. Choisissez si possible un indice de protection maximal, comme pour les crèmes solaires : E-SPF 50+ (eye sun protection factor).

Tourisme sans turista 

• Déshydratation, danger !
Cette infection bactérienne transmise par l’eau et les aliments contaminés est très fréquente dans les pays chauds. Les symptômes sont la plupart du temps bénins (diarrhées à répétition, nausées, douleurs abdominales, fièvre parfois) mais gênants et fatigants. Les enfants et les seniors sont les plus atteints et risquent une déshydratation. Emportez des solutés de réhydratation au cas où (en pharmacie).
 
• Règles d’hygiène utiles
Elles suffisent à éviter ces désagréments mais elles ne sont pas toujours faciles à respecter : ne consommez que des aliments bien cuits et servis très chauds, des boissons en bouteilles capsulées et ouvertes devant vous, sans glaçons, pelez les fruits, évitez coquillages, crustacés et glaces, lavez-vous les mains souvent et systématiquement avant chaque repas et après chaque passage aux toilettes. Les lingettes à usage unique sont une bonne solution.
 
EVELYNE GOGIEN
 
 

Tactique anti-tiques
 
Les tiques, qui transmettent la maladie de Lyme, sont en nette augmentation en Amérique du Nord, mais aussi en Europe centrale (Slovénie, Autriche, Allemagne, Suisse) et même en France, dans l’Est et le Centre surtout. La maladie de Lyme est grave, avec atteintes neurologiques et rhumatologiques, si elle n’est pas diagnostiquée et traitée tôt par antibiotiques. La parade : porter des vêtements longs et des chaussures fermées, emporter un tire-tiques (en pharmacie), inspecter sa peau chaque soir, si nécessaire retirer sans tarder la tique en totalité et consulter. Surtout pas d’éther pour l’endormir, elle recracherait alors toute sa salive.

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies