Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vivre la maladie avec son conjoint
Vivre la maladie avec son conjoint
note des lecteurs
date et réactions
7 janvier 2013
Auteur de l'article
Jean-Noël Dachicourt, 6 articles (Rédacteur)

Jean-Noël Dachicourt

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
6
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Vivre la maladie avec son conjoint

Vivre la maladie avec son conjoint

Lorsque son conjoint tombe malade, il faut être conscient que c’est toute la vie du couple et de la famille qui va basculer. La maladie a ses contraintes, ses rythmes, qu’il faut imposer à l’autre. Il faut s’organiser psychologiquement, mais à l’annonce du diagnostic le malade peut avoir tendance à minimiser ce qui lui arrive jusqu’à y opposer un déni total. Il peut tout aussi bien régresser en refusant de se battre et d’affronter la maladie.

Il est pour cela très important de la part de son entourage, de comprendre et surmonter, tous ces changements, il est souhaitable de les accepter, de dialoguer et d’être à l’écoute du malade.
Le malade peut perdre son travail, sa fonction au sein de la famille, voir son autonomie diminuer ; c’est très éprouvant pour lui. Le malade doit être considéré comme une personne à part entière, capable de prendre ses décisions, faire ses propres choix, le faire à sa place ce n’est ni l’aider ni le soulager.
Quand on vit la maladie de son conjoint, on est souvent pris de plusieurs sentiments, la peur, la douleur psychologique, la peine, mais aussi la colère d’un état de fait que l’on n’a pas choisi et que l’on subit. On en veut à l’autre d’être confronté à la souffrance, il ne faut pas avoir honte, tous ces ressentis sont normaux sans oublier pour autant que le malade en est envahi aussi, il peut culpabiliser de vous faire vivre son mal, de vous faire supporter ses changements d’humeur et ses parcours de soins.
Vivre avec un malade n’est pas facile, mais il faut penser que celui-ci est dans le même état d’esprit que vous. Le mieux serait de maintenir une vraie communication avec celui que l’on aime et qui souffre, çà aide énormément et peut déboucher sur de véritables trésors de sentiments : on peut se révéler l’un à l’autre. En couple avec la maladie, il faut garder en mémoire que toute la vie change, et qu’il y a des choix à faire, mais que le malade lui-même à la souffrance psychologique qu’il peut vous faire subir, mais aussi celle physique qu’il ne peut partager avec vous sinon par les mots et les sauts d’humeur .
Essayons de faire une analyse : et si on changeait les rôles, quel comportement aurions-nous ?
Une autre question se pose : le fait de connaître sa maladie avant de connaître son conjoint change-t-il la donne ? Dans ce cas, comment annoncer sa maladie à l’autre ? N’est-il alors pas plus simple de prendre une décision de refus ou d’acceptation que d’apprendre le diagnostique après des mois voir des années de vie commune ?

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...