Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vitamine E et Alzheimer
Vitamine E et Alzheimer
note des lecteurs
date et réactions
24 avril 2013
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Vitamine E et Alzheimer

Vitamine E et Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie dramatique et son diagnostic est problématique parce qu’il s’agit surtout d’un diagnostic d’exclusion : une personne est déclarée atteinte de la maladie d’Alzheimer si elle a certains symptômes, mais pas certains autres. Ce n’est donc pas un diagnostic absolu. À ce jour, aucun test biologique ne permet d’affirmer hors de tout doute la présence de cette maladie et d’éliminer d’autres causes.

La société Alzheimer du Canada mentionne de 10 signes avant-coureurs : (1)

1. Pertes de mémoire qui nuisent aux activités quotidiennes

2. Difficultés à exécuter les tâches familières

3. Problèmes de langage

4. Désorientation dans l’espace et dans le temps

5. Jugement amoindri

6. Difficultés face aux notions abstraites

7. Objets égarés

8. Changements d’humeur ou de comportement

9. Changements dans la personnalité

10. Perte d’intérêt

De nouvelles données

Des chercheurs de Stockholm, en Suède, ont montré qu’une résonance magnétique couplée à un test sanguin pour déterminer le taux des vitamines E offrirait une précision de 98,2% pour distinguer les personnes en santé des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de déclin cognitif ; de 90,7% pour déceler le déclin cognitif par rapport à une personne en santé ; et de 85% pour déterminer si le déclin cognitif, chez une personne donnée, évoluera vers la maladie d’Alzheimer.(2)

Leurs recherches démontrent que les personnes qui ont un taux circulant de vitamines E plus élevé sont moins à risque de développer la maladie.

Toutes les vitamines E sont-elles égales ?

Avant de se lancer à la boutique chercher un supplément, il faut faire la lumière sur les différentes formes de vitamine E et leurs rôles. Dans la nature, les vitamines E se retrouvent sous 8 formes différentes, regroupées en 2 grandes classes : les tocophérols et les tocotriénols. Chaque classe comprend 4 molécules distinctes nommées alpha, bêta, gamma et delta. Pour en connaître plus sur les différences entre les formes de vitamines E, consultez Toute la lumière sur la vitamine E.

Les sources alimentaires de vitamines E contiennent plusieurs formes de vitamines E, alors que la plupart des suppléments ne renferment que du alpha-tocophérol.

L’équipe de chercheurs de Stockholm a constaté que ce n’est pas l’alpha-tocophérol qui est le plus intéressant en prévention, mais plutôt le bêta-tocophérol. En effet, des taux sanguins élevés de bêta-tocophérol confèrent une protection de 38% (HR : 0,62 ; IC 95% : 0,39-0,99) contre la maladie d’Alzheimer, alors que les autres formes évaluées (alpha-tocophérol, alpha-tocotriénol et bêta-tocotriénol) n’offraient que des réductions non significatives. Par contre, le mélange des différentes formes de vitamines E prévient la maladie d’Alzheimer de façon encore plus efficace. Chez les participants, ceux qui avaient les taux sanguins de vitamines E mélangées les plus élevés avaient 45% en moins de risque (HR : 0,55 ; IC 95% : 0,32-0,94) par rapport à ceux qui avaient les taux les plus bas.(3) Ceci est aussi vrai pour la prévention du déclin cognitif.(4)

La seconde classe de molécules de vitamines E, les tocotriénols, est moins connue et plus rare dans la nature, mais a probablement des effets santé plus importants encore que les tocophérols.(5) Les tocotriénols présentent des effets anti-inflammatoires, antioxydants et neuroprotecteurs plus puissants.(6)

Études sur les suppléments de vitamine E

La plupart des études sur la vitamine E et la maladie d’Alzheimer ou le déclin cognitif sont décevantes. Les résultats ne sont pas convaincants, même avec des doses élevées.(7) Par contre, les suppléments utilisés dans les études ne contiennent généralement que de l’alpha-tocophérol. Comme nous l’avons vu plus haut, cette molécule seule n’est pas efficace.

Prendre des suppléments ?

Pour bénéficier de la prise d’un supplément de vitamine E, il faut d’abord s’assurer qu’il contient au moins des tocophérols mélangés (alpha, bêta, gamma et delta). Son effet sera encore plus intéressant s’il renferme en plus des tocotriénols. Par contre, ces derniers sont principalement extraits de l’huile de palme, donc plus couteux et écologiquement incertains.

Finalement, à moins d’être très à risque et d’être prêt à mettre le prix pour des suppléments potentiellement efficaces, je vous conseille plutôt d’essayer d’augmenter vos apports alimentaires de vitamine E. Les sources alimentaires de vitamines E sont les aliments gras : huiles, noix/oléagineuses, germes des grains, etc. Les tocotriénols se retrouvent plus spécifiquement dans les huiles de palme, de noix de coco et de maïs, dans le beurre de cacao (chocolat) et dans les germes de blé et d’orge.

Bonne prévention… alimentaire :-)

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alzheimer Vitamine E