Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
VIH et populations invisibles : un constat alarmant
VIH et populations invisibles : un constat alarmant
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er juillet 2013
Auteur de l'article
Damien Maillard, 7 articles (Chiropratique)

Damien Maillard

Chiropratique
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

VIH et populations invisibles : un constat alarmant

VIH et populations invisibles : un constat alarmant

Environ 6 100 découvertes de séropositivité ont été relevées en France en 20111. Le nombre de découvertes reste stable depuis 2008, alors qu’il avait diminué significativement entre 2004 et 2007. La prévention reste la meilleure arme mais touche-t-elle toutes les cibles concernées ? Il existe des populations dites « invisibles » qui se retrouvent dans des lieux de rencontres extérieures, des populations à hauts risques, peu soucieuses de la prévention. Que sait-on d’elles, que fait-on pour elles  ? Comment en 2013 sensibiliser tous les publics ?

UN ÉTAT DES LIEUX PRÉOCCUPANT : émergence des « publics prioritaires », des « populations invisibles » et des risques associés

Les populations invisibles : qui sont-elles ?

Plus de 30 ans après l’identification des premiers cas de VIH/SIDA, la contamination se poursuit. Si les efforts de prévention et d’information ont permis de limiter l’épidémie, celle-ci progresse encore au sein des populations dites « invisibles » qui se retrouvent dans des lieux de rencontres extérieures. Ces populations, peu soucieuses de la prévention, adoptent souvent des pratiques sexuelles à hauts risques (rapports non protégés entre autres) qui en font les premières cibles du virus. Leurs profils et leurs parcours sont variés : hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), hétérosexuels multipartenaires, populations migrantes, personnes en situation de prostitution assumée ou non et transgenres, personnes en difficulté sociale... Les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) sont largement touchés par le VIH/Sida. En Europe et en France, c’est la catégorie où l’on recense le plus grand nombre de nouvelles contaminations depuis le début de la décennie. Sur la même période, une recrudescence des comportements sexuels à risque a été observée parmi les HSH ainsi qu’une augmentation des infections sexuellement transmissibles (I.S.T.), dont la syphilis. Face à cette situation préoccupante, HF PRÉVENTION et les autres associations de lutte contre le VIH/Sida, constatent l’émergence des « publics prioritaires » parmi lesquels se trouvent ces populations invisibles et rappellent l’importance de bien prendre en compte les risques associés (contamination au VIH, hépatites, IST).

Les lieux de rencontre extérieurs (LRE)

Pour toucher ces populations « invisibles », il faut se rendre sur le terrain. HF PRÉVENTION intervient sur de nombreux « Lieux de Rencontre Extérieur » (parking, forêts, aires d'autoroute...), environ 15 en Île-de-France mais il en existe des centaines en France. Ces lieux sont fréquentés par différents publics invisibles (HSH, prostitué(e)s assumé(e)s ou non, échangistes...).« La fréquentation est en général entre 100-150 HSH par jour2 sur chaque lieu mais nous intervenons aussi par exemple dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye (78) ou le bois de Verrières (91) où nous retrouvons en général 500 personnes par jour2 », constate Jérôme André, Président d’HF PREVENTION. La file active sur ces lieux est donc très importante et il convient d'intervenir régulièrement, à des moments différents afin d’assurer une prévention au plus grand nombre. « Le phénomène n’est pas récent. Ces lieux ont toujours existé, de tous temps, même si on ne sait pas pourquoi ils sont apparus à tel endroit, poursuit Jérôme André. En Ile-de-France, ce sont souvent des espaces assez étendus, en forêt, organisé en différentes zones selon les préférences sexuelles. Nous installons notre camping-car à des points stratégiques, à une entrée de parking par exemple. Pendant longtemps, aucune prévention n’existait dans ces lieux. Cela fait 8 ans que nous y menons ces actions et les bénéficiaires nous en sont très reconnaissants. »

Formés à mener des entretiens et à libérer la parole, les animateurs de l’association vont à la rencontre des personnes fréquentant ces LRE. « Contrairement à ce qu’on peut imaginer, il s’agit à 80% d’hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) et pour 20% de gays, bisexuels et trans », note Jérôme André. Les HSH, souvent des hommes mariés, ne sont pas des personnes qui vont spontanément appeler Sida Info Service ou parler à leur médecin traitant en cas de problème. D’où l’importance de cette prévention sur place qui ouvre aussi une opportunité de dépistage. « Notre association est souvent le seul relais santé qu’ils croisent dans leur sexualité de type non conventionnelle et qu’ils n’assument pas. Derrière il y a en général de la souffrance et du mal-être. » La tranche d’âge de la population rencontrée concerne les 35-45 ans, beaucoup de 46- 60 et un peu moins d’hommes de plus de 60 ans. Les plus jeunes, issus de la génération Internet, organisent leurs « plans » sur les réseaux. Ce qui explique que la population des 18-25 ans est faiblement représentée sur les LRE.

Les animateurs d’HF PREVENTION agissent tout au long de l’année en semaine, la nuit et un week-end par mois, échangent avec les personnes rencontrées sur leurs pratiques et leur parcours, en privilégiant l’écoute active et le non-jugement. Ces entretiens font apparaître beaucoup de problèmes et de souffrance : pratiques à risques, double-vie, difficulté à assumer sa sexualité ou sa séropositivité, misère affective, usage de drogues, angoisse de la maladie... Les animateurs répondent à leurs questions, les orientent vers les bons interlocuteurs du parcours de soins et vers le dépistage si nécessaire.

SOURCES

  • 1 Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies/ Organisation Mondiale de la Santé HIV/AIDS Surveillance in Europe ; BEH n°43-44 29-11-2011

    2 Source: HF Prévention.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Prévention Sida Vih