Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Varices : la révolution de la radiofréquence
Varices : la révolution de la radiofréquence
note des lecteurs
date et réactions
2 novembre 2012
Auteur de l'article
Réseau CHU, 258 articles (Réseau des CHU)

Réseau CHU

Réseau des CHU
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
258
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Varices : la révolution de la radiofréquence

Varices : la révolution de la radiofréquence

Brest se dote d’une nouvelle arme thérapeutique contre les varices : la radiofréquence. Indolore, réalisée en ambulatoire, sans séquelles, la radiofréquence se distingue des traitements traditionnels par sa légèreté et son efficacité. Cette innovation peut être proposée à la majorité des patients qui n’ont jamais été opérés pour cette affection.

Après la réalisation d’une cartographie veineuse et une consultation de chirurgie vasculaire, le patient pourra bénéficier de la thermothérapie induite par radiofréquence bipolaire. L'intervention effectuée en ambulatoire sous anesthésie locale dure 45 minutes : une électrode extrêmement fine est introduite sous anesthésie locale dans la veine.

L’énergie délivrée va faire se rétracter la veine sur elle-même. Les suites opératoires sont réduites. Il y a une absence de douleur, d’hématome, ou de conséquences cicatricielles. L’arrêt de travail est limité à 24 heures.
 
Cette technique de pointe est dispensée sans surcoût pour le patient.
Les varices se traitent habituellement par « éveinage », c’est-à-dire retrait des parties de veines malades. Une opération qui nécessite d’inciser au niveau du pli de l’aine, de ligaturer et qui entraîne une convalescence et 3 semaines d’arrêt de travail.
 
De la simple varicosité à la thrombose veineuse superficielle, les jambes lourdes font souffrir 25 millions de personnes en France et cette affection a progressé de 36% en huit ans selon une étude Ipsos-santé). Au-delà de 70 ans, plus de 75% des femmes et plus de 50% des hommes sont touchés par ces pathologies.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...