Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Vaccins contre la grippe A : Que nous cache l’Etat ?
Vaccins contre la grippe A : Que nous cache l'Etat ?
note des lecteurs
date et réactions
30 octobre 2009
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Vaccins contre la grippe A : Que nous cache l’Etat ?

Vaccins contre la grippe A : Que nous cache l'Etat ?

Les contrats passés entre le Ministère de la Santé et les fabricants des vaccins contre la grippe A comportent des points obscurs.

Il y a des dessous dans les contrats passés entre le ministère de la Santé et les fabricants de vaccins contre le virus H1N1. C’est un article du Point en date du 29 octobre dernier qui est à l’origine de cette révélation. Force est donc de constater que malgré la promesse de transparence de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot… tout n’a pas été dit. L’hebdomadaire, par conséquent, s’est efforcé avec succès de mettre la main sur les documents classés confidentiels. Première surprise, un des contrats passés avec les fabricants manque à l’appel, et l’Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS), qui a apposé sa signature avec les fabricants de vaccins pour le compte des collaborateurs de la ministre, précise à ce sujet que les éléments ne sont pas communicables en raison de l’absence de consentement du fabricant, en l’occurrence Baxter.

L’équipe de Roselyne Bachelot renvoie d’ailleurs la balle en indiquant que « pour obtenir la levée de la clause de confidentialité, il faut frapper à la porte de Baxter ». Le fabricant américain, par un hasard incroyable, propose d’ailleurs les doses vaccinales les plus chères du marché, en fixant l’unité à 10 euros. Concernant les trois autres laboratoires que sont GlaxoSmithKline, Sanofi-Pasteur et Novartis, de multiples clauses ont simplement été retirés par les services de l’EPRUS, au motif du secret industriel et commercial, occultant ainsi le volet financier des accords. A noter enfin que le contrat conclu avec GSK établit une « liste rouge » comprenant les informations relatifs à la pharmacovigilance. En clair, les complications médicales qui pourraient éventuellement survenir suite à l’administration des doses du fabricant demeureront confidentielles.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Grippe A