Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
USA : Le donneur d’organes avait la rage
USA : Le donneur d'organes avait la rage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 mars 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

USA : Le donneur d’organes avait la rage

USA : Le donneur d'organes avait la rage

Aux Etats-Unis, un raton laveur a transmis la rage à au moins cinq personnes en une seule morsure. La première personne mordue est en effet un donneur d’organe, décédé en 2011 en Floride. Et chez l’un des receveurs d’organe, transplanté il y a plus d’un an et récemment décédé dans le Maryland des suites de la rage, la maladie vient tout juste d’être détectée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Au delà des trois autres personnes ayant reçu des organes, vaccinés contre la rage et faisant l’objet d’examens médicaux, le « patient zéro » aurait pu être en contact étroit avec des centaines de personnes, autant de risques d’infection et donc de préoccupation pour les agences de santé publique américaines.

Dans le Maryland, près de 200 employés des services municipaux, des proches et d’autres personnes qui auraient été en contact avec un donneur d’organe ayant contracté la rage après avoir été mordu par un raton laveur font encore l’objet d’examens poussés. Et beaucoup ont reçu comme consigne de se faire vacciner contre la rage dans un cadre préventif. Comme l’indique Katherine Feldman, vétérinaire d’Etat, cette mesure exceptionnelle a été prise suite au décès d’une personne ayant reçu un rein infecté du donneur. Les médecins n’avaient pas testé le donneur, mort en 2011 à l’âge de 20 ans.
 
Or, son cœur, son foie et son autre rein avaient été transplantés à quatre personnes sans aucune suspicion de la part du personnel médical. Comme l’ont indiqué plusieurs porte-paroles de divers organismes de santé, « le virus peut se propager via la salive d’une personne infectée et les membranes muqueuses, mais la transmission d’humain à humain est rare. En général, le vaccin antirabique permet de se protéger contre cette maladie mortelle ». Après morsure par l’animal enragé (dans le cas présent un raton-laveur), le virus infecte le système nerveux central et provoque une encéphalite souvent fatale quelques jours après les premiers symptômes de la maladie. On dénombre de un à trois cas de rage par an parmi les humains aux Etats-Unis
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté