Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Urgences : qu’est ce que la notion de tri ?
Urgences : qu'est ce que la notion de tri ?
note des lecteurs
date et réactions
22 mars 2010
Auteur de l'article
Dr Gérald Kierzek, 17 articles (Médecin urgentiste)

Dr Gérald Kierzek

Médecin urgentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
4
nombre de votes
4

Urgences : qu’est ce que la notion de tri ?

Urgences : qu'est ce que la notion de tri ?

Dans la série "Les mots d’urgences", cette semaine la notion de "tri" car dès votre arrivée aux urgences, vous allez être "trié". Rien à voir Recyclable/Non Recyclable, mais une notion en rapport avec la gravité potentielle ou évolutive de vos symptômes.

Le Tri
Le tri (« triage ») est une étape fondamentale dans un service d’urgences et la littérature médicale abonde dans ce domaine. 
A quoi ça sert ?
Les principaux objectifs du tri des patients à leur arrivée sont d’analyser rapidement le motif de recours aux urgences par un professionnel de santé, évaluer les besoins en soins et leur priorisation, faciliter la gestion des flux et optimiser les délais d'attente.
En Europe, la notion de tri apparaît relativement tardivement (mise en place dans les années 1980 en Grande-Bretagne, en Suisse et en Belgique d'infirmier(ères) à l'accueil des urgences) tandis que le Canada et les États-Unis l’ont adopté 10 ans auparavant.
Comment ça marche ?
Les échelles de tri sont en fait des algorithmes décisionnels construits à partir d’avis d’experts ; d’emblée la question de leur évaluation s’est posée : l’échelle de tri fait-elle correctement ce qu’on lui demande de faire, c’est à dire, oriente-t-elle correctement les patients graves vers les soins urgents, et est-elle un outil reproductible ? Les échelles de tri sont donc évaluées selon deux critères : la reproductibilité (évalué plusieurs fois, un même patient doit toujours se voir attribuer le même rang dans l’échelle) et la validité (soit en la comparant à un « Gold Standard » comme par exemple l’avis d’experts, soit à des issues réelles comme le taux d’admission, l’utilisation de ressources, etc…). Les premières échelles mises en place ne comprenaient alors que deux (urgent, non urgent) ou trois niveaux et se sont révélées décevantes à la fois en terme de reproductibilité et de validité prédictive. Se sont alors développées au fil du temps des échelles à 5 niveaux plus précises, plus détaillées et plus directives. La Canadian Triage and Acuity Scale (CTAS) est largement utilisée en France.
Au final, et quelle que soit l’échelle utilisée, l’objectif du tri est d'acheminer les patients vers les ressources adéquates, dans des délais appropriés. La première étape consiste à lister les motifs d’arrivée puis à classer les urgences en indice de gravité (avec en regard un temps de prise en charge) et définir des procédures pour des situations particulières (urgence vitale=salle d’accueil des urgences vitales,…).
 
En pratique
Dès votre arrivée, l'IAO vous attribuera un tri : 1 pour les plus urgents (accident vasculaire cérébral, douleur thoracique, urgence vitale,...) à 4 ou 5 pour la consultation simple. Un temps approximatif de prise en charge, dépendant bien-sûr de l'affluence et de l'organisation locale, découle de cette classification : Tri 1 : soins immédiats, Tri 2 : moins de 20 minutes, Tri 3 : moins de 30 minutes, Tri 4 moins d'une heure.
Aux urgences, pas de "premier arrivé, premier servi" mais un service adapté à la sévérité des symptômes.
Docteur Gérald KIERZEK Médecin des Hôpitaux- Praticien Hospitalier Urgences médico-chirurgicales, médico-judiciaires, SMUR Hôtel-Dieu Cochin http://www.sante-urgences.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté